L’automatisation du cloud : avantages et inconvénients

L’automatisation du cloud : avantages et inconvénients
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

À l’origine, les professionnels de l’informatique s’appuyaient sur des processus manuels pour alimenter, configurer et gérer leur infrastructure de cloud computing. Mais ces tâches peuvent désormais être effectuées automatiquement à l’aide d’outils et de logiciels d’automatisation du cloud, ou cloud automation. Cela permet aux entreprises de réduire leurs coûts, de libérer leur personnel pour des tâches plus productives, de réduire les erreurs et d’améliorer la sécurité.

Le cloud computing, avenir des entreprises numériques

« De nombreuses entreprises ont déjà commencé à déplacer certaines parties de leur activité vers le cloud », explique Richard Smith, vice-président senior pour la technologie en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique chez Oracle, un groupe américain spécialisé dans le cloud computing. En automatisant une grande partie de cela, elles vont accélérer leur transformation numérique. Cela renforce l’efficacité et permet une meilleure gestion des opérations commerciales.

Historiquement, la mise en place d’une nouvelle base de données pouvait prendre des semaines, alors qu’une base automatisée peut être lancée en quelques secondes, sans avoir besoin d’un expert hautement technique. La cloud automation peut également aider à la sauvegarde, à la gestion des requêtes et à l’utilisation faite par les clients, explique Smith. « Tout en permettant aux entreprises de développer leur activité, elle les aide à tirer le meilleur parti des données, y compris une connaissance approfondie des clients. » Il note également que ces outils peuvent éviter les retards dans la mise à jour des systèmes technologiques, ce qui peut améliorer la sécurité. « Nous savons que la plus grande cause de failles de sécurité provient de systèmes qui ne sont pas à jour. La technologie automatisée du cloud permet de s’assurer que les derniers correctifs sont installés et que les problèmes sont signalés dès qu’ils surviennent. »

Pip White, directrice général pour le Royaume-Uni et l’Irlande chez Google Cloud, affirme que les outils d’automatisation peuvent être utilisés dans des domaines allant du développement de produits à l’administration financière des déploiements de cloud. « L’automatisation supprime une grande partie du travail manuel associé à des processus tels que la gestion de la facturation ou la création de canaux de communication », explique-t-elle.

Quels sont les freins à l’automatisation du cloud ?

Tout le monde ne considère pas que l’automatisation du cloud résout tous les problèmes. Emma Roscow, responsable de l’infrastructure cloud au sein de la société de conseil Accenture, lance un avertissement. Selon elle, si l’automatisation a ses avantages, elle présente également des défis importants. « Ce n’est pas parce qu’un processus est automatisé qu’il peut être laissé entièrement sans contrôle », souligne Emma Roscow. « Bien que l’automatisation réduise les risques d’erreurs humaines, si une mauvaise configuration initiale ou une vulnérabilité se glisse dans le système, cela peut se transformer en un problème de sécurité. »

Cela signifie que le processus de cloud automation nécessite des examens réguliers, ajoute-t-elle. Ce point de vue est soutenu par Ajay Sabhlok, directeur de l’information chez Rubrik, une société américaine de gestion de données. « Bien qu’efficaces sur le long terme, les outils d’automatisation nécessitent un budget important au départ. Aussi, les erreurs humaines introduites pourraient les rendre vulnérables aux menaces extérieures. »

Certains pensent que la prochaine étape de cette technologie sera « l’automatisation auto-réparatrice », par laquelle l’intelligence artificielle et les algorithmes d’apprentissage automatique sont appliqués aux procédures de test. L’automatisation auto-réparatrice pourrait s’apparenter à des services informatiques capables de détecter les problèmes, de s’adapter, de se déplacer, de se réparer, de se répliquer et de se corriger eux-mêmes. Mais même si de meilleurs outils d’automatisation du cloud continuent à éradiquer les tâches informatiques manuelles, ils nécessiteront toujours une intervention humaine.

Source : FT.com

Retour en haut