La semaine noire de Facebook

La semaine noire de Facebook
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

Hier soir peu après 23h, soit approximativement six heures après la panne de Facebook, WhatsApp et Instagram, ces différents réseaux sociaux se sont remis progressivement en état de marche.

Cette panne est survenue dans un contexte de difficultés croissantes pour l’entreprise.

6h de panne pour des milliards d’utilisateurs

Le fait que Facebook, Instagram et WhatsApp aient tous connu des problèmes importants pendant environ six heures a été un événement majeur pour de nombreux utilisateurs.

Les entreprises perdent parfois la connectivité Internet lorsqu’elles mettent à jour la configuration de leur réseau, analyse Doug Madory, directeur de l’analyse Internet de la société de surveillance des réseaux Kentik. C’est ce qui est arrivé en juin à Fastly, une entreprise américaine spécialisée dans l’informatique dématérialisée, qui a connu une panne d’Internet mondiale pendant environ 50 minutes.

Mais le fait qu’une entreprise de la taille et des ressources de Facebook ait été hors ligne pendant environ six heures suggère qu’il n’y a pas eu de solution rapide au problème.

Facebook a indiqué dans une communication exceptionnelle sur Twitter, en fin de soirée, que ses applications et services commençaient à fonctionner à nouveau. « À l’immense communauté de personnes et d’entreprises du monde entier qui dépendent de nous : nous sommes désolés », communiquait hier l’entreprise. « Nous avons travaillé dur pour rétablir l’accès à nos applications et services et nous sommes heureux d’annoncer qu’ils sont de nouveau en ligne. Nous vous remercions de votre patience. »

Plus tard, Santosh Janardhan, vice-président de l’infrastructure de Facebook, a publié une déclaration disant que la société était « désolée pour les inconvénients causés par la panne d’aujourd’hui sur nos plateformes. »

Plus tôt, de nombreux experts en sécurité ont rapidement désigné un problème de système de nom de domaine (DNS) comme un coupable possible. ThousandEyes, la division d’analyse Internet de Cisco, a déclaré sur Twitter que ses tests indiquaient que la panne était due à une défaillance continue du DNS. Le DNS traduit les noms de sites Web en adresses IP lisibles par un ordinateur. Il est souvent appelé le « répertoire téléphonique de l’internet. »

Alors que les services commençaient à revenir en ligne, le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, a publié sur sa page Facebook. « Facebook, Instagram, WhatsApp et Messenger sont de retour en ligne maintenant. Désolé pour la perturbation d’aujourd’hui, je sais à quel point vous comptez sur nos services pour rester connecté avec les personnes qui vous sont chères. »

Une panne sur fond de scandale

Lors d’une audition au Sénat américain le 30 septembre dernier, le sénateur Richard Blumenthal a auditionné Antigone Davis, responsable mondiale de la sécurité chez Facebook, au sujet d’Instagram, propriété de Facebook, et de l’impact négatif potentiel de la plateforme sur les enfants, en particulier les jeunes filles.

Dimanche, l’émission américaine « 60 Minutes » a diffusé un reportage dans lequel Frances Haugen, lanceuse d’alerte de Facebook, affirmait que l’entreprise était consciente de la façon dont ses plateformes étaient utilisées pour répandre la haine, la violence et la désinformation, et que Facebook avait essayé de cacher ces preuves. Facebook s’est défendu de ces affirmations.

L’interview a fait suite à des semaines de reportages et de critiques à l’égard de Facebook, après que Mme. Haugen a communiqué des milliers de pages de documents internes aux autorités de régulation et au Wall Street Journal. Elle doit témoigner ce mardi devant la sous-commission sénatoriale chargée de la protection des consommateurs, de la sécurité des produits et des données.

Dans son témoignage, obtenu par CNN lundi avant sa comparution devant la sous-commission, Frances Haugen a déclaré : « Je me suis présentée parce que j’ai reconnu une vérité effrayante : presque personne en dehors de Facebook ne sait ce qui se passe à l’intérieur de Facebook. »

Facebook a refusé de commenter.

Source : Edition.cnn.com

Retour en haut