La sécurité technologique innove pour s’adapter à la RGPD

La sécurité technologique innove pour s’adapter à la RGPD
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

Pendant près de 20 ans, Griaule s’est développé de manière classique, ouvrant des bureaux aux États-Unis et en Europe, en plus de son siège social situé juste à l’extérieur de São Paulo au Brésil. Puis, cette année, elle a souhaité passer au niveau supérieur en embauchant un chef de projet en Afghanistan. « Après avoir évalué les tâches et les opérations quotidiennes [en Afghanistan], nous avons pensé que c’était une bonne idée », explique Thiago Ribeiro, directeur du marketing de l’entreprise, qui brevète ses propres technologies de reconnaissance biométrique. L’implantation dans ce pays d’Asie centrale déchiré par la guerre représente l’aboutissement de l’un des projets les plus ambitieux de l’entreprise : un effort de plusieurs années pour vendre sa technologie d’empreintes digitales au ministère de la défense américain.

Devenir le partenaire des gouvernements mondiaux

Ce contrat de 75 millions de dollars, qui comprend également des projets en Irak, est une réussite et Griaule en est fier. L’entreprise, dont le siège est à Campinas, est l’un des groupes technologiques les plus avancés du Brésil. C’est aussi l’un de ceux qui connaissent la croissance la plus rapide.

Démarrée en 2002 par deux associés fondateurs, Griaule prévoit cette année de porter ses effectifs à plus de 100 personnes dans le monde, contre 40 en 2019, et d’ouvrir un nouveau bureau à Mexico. Outre le ministère américain de la Défense, l’entreprise compte désormais parmi ses clients le ministère américain de la Sécurité intérieure, ainsi que plusieurs banques internationales et brésiliennes, qui ont adopté un éventail de ses technologies pour tout, des scanners de reconnaissance faciale aux processus d’authentification des applications.

Le secteur, cependant, n’est pas exempt de vents contraires. Sous l’impulsion de l’UE, les gouvernements du monde entier sont de plus en plus sensibles aux problèmes de confidentialité des données et à la collecte d’informations biométriques.

Le Brésil ne fait pas exception. À la fin de l’année dernière, après des années de planification, le gouvernement a mis en œuvre la loi relative à la réglementation générale pour la protection des données personnelles (RGPD) qui définit les droits des citoyens et réglemente la manière dont les entreprises peuvent collecter et utiliser les données personnelles.

La RGPD change la donne

La législation a été largement considérée comme un effort pour suivre les mesures similaires imposées par l’Union Européenne. « Nous évoluons vers une plus grande sensibilisation à l’organisation et au traitement des données confidentielles », explique Bruna Santos, coordinatrice de la défense des droits à l’Association brésilienne de recherche sur la confidentialité des données. « C’est un sujet de plus en plus important pour les responsables politiques et la société en général. Nous avons récemment approuvé notre propre législation, qui prévoit des sanctions en cas d’infraction. » Griaule reste toutefois optimiste quant aux défis émergents. « Les discussions sur la vie privée sont plus présentes ces dernières années. Mais nous n’avons reçu aucune réaction négative », déclare João Weber, chef de projet. L’entreprise fournit le logiciel qui sous-tend les scanners de reconnaissance faciale, mais travaille avec « les clients pour suivre les réglementations et être en conformité avec toutes les lois », ajoute M. Ribeiro.

La société a également constaté que la pandémie a entraîné une augmentation du nombre d’entreprises clientes à la recherche de logiciels performants. Ce constat est d’autant plus vrai en matière d’authentification pour vérifier l’identité des utilisateurs, que ce soit de leur personnel ou de leurs clients. M. Ribeiro cite l’exemple des banques numériques qui utilisent de plus en plus la technologie pour croiser les documents d’identité avec les photographies des clients potentiels afin de prouver leur identité. « Comment peuvent-elles prévenir la fraude si elles ne procèdent pas à une vérification en personne ? Elles se dirigent vers ce type de technologie », dit-il. « Les clients n’ont pas besoin de sortir du Brésil pour chercher cette technologie. Ils peuvent la trouver ici au même niveau ou même mieux qu’ailleurs. »

Source : FT.com

Retour en haut