La pandémie accélère l’essor du e-commerce dans les économies émergeantes

La pandémie accélère l’essor du e-commerce dans les économies émergeantes
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

Dans plusieurs années, lorsque l’impact de la pandémie sur le commerce mondial sera analysé, il est probable que l’évolution la plus lucrative sera la manière dont elle a poussé des marchés massifs dans l’ère moderne du e-commerce. Dans de nombreux pays, les achats en ligne n’ont pas été faciles en raison du manque de développement des infrastructures et de la réticence, voire de l’incapacité des consommateurs à utiliser les banques et le paiement électronique. Cela a freiné la croissance dans une grande partie du monde, mais les perturbations liées à la pandémie de Covid-19 ont forcé un changement rapide.

« Je n’avais jamais rien acheté en ligne avant la pandémie »

Prenez le Mexique, où moins de la moitié des adultes ont un compte bancaire et où moins de 5 % des ventes au détail se faisaient en ligne avant la pandémie, soit un tiers de la moyenne mondiale. Le manque d’accès aux services bancaires et la méfiance à l’égard du système financier l’ont laissé à l’écart du boom en ligne qui s’est produit en Europe, en Chine ou encore aux États-Unis. Mais lorsque les magasins ont fermé pour ralentir la propagation du virus, des millions de personnes se sont retrouvées sur internet, ce qui a fait du web le secteur le plus dynamique en matière de création d’emploi en 2020. Avec une adaptation rapide des entreprises mexicaines, cette nouvelle vague de consommation a entraîné une hausse de 54 % des ventes en e-commerce et a accéléré le processus de digitalisation de l’économie du pays de plusieurs années. Ce genre de bouleversement a également eu lieu dans d’autres grandes économies, comme l’Inde, la Russie et le Brésil, qui mettaient du temps à opter pour le commerce électronique.

L’une de ces nouvelles acheteuses en ligne est Miriam Sota, 39 ans, de Mexico. Elle fait très attention à ses données personnelles après que les détails de sa carte de crédit aient été volés et utilisés pour payer une facture salée. La peur de communiquer ses données financières l’a tenue à l’écart du web jusqu’à ce que le virus frappe. C’est alors qu’elle a eu besoin d’un filtre pour son réfrigérateur et, en dernier recours, elle s’est rendue sur Amazon. Aujourd’hui, elle s’est convertie et achète même des produits alimentaires en ligne, grâce notamment aux nouveaux services qui permettent de passer des commandes sur le web en payant en liquide.

« Je n’avais jamais rien acheté en ligne avant la pandémie », a déclaré Miriam Sota. « J’ai toujours été très méfiante ».

Une nouvelle ère

La pandémie de coronavirus a accéléré la digitalisation de l’économie mondiale, mais elle pourrait être beaucoup plus lucrative dans les pays où beaucoup plus de personnes développent l’habitude d’utiliser Internet pour la première fois, ce qui permet aux entreprises de rencontrer plus facilement de nouveaux clients. En Inde, par exemple, le commerce électronique ne représentait que 6,5 % du marché l’année dernière. Pour suivre le rythme, les détaillants de ces marchés rattrapent leurs pairs mondiaux en créant des systèmes de paiement plus sûrs, en élargissant la distribution pour accélérer la livraison et en étendant le service à la clientèle à des plateformes comme Facebook et WhatsApp. MercadoLibre, le plus grand détaillant de commerce électronique d’Amérique latine, est même allé jusqu’à utiliser ses propres avions pour réduire les délais de livraison alors que les ventes en ligne ont explosé dans toute la région.

Au sein de Walmart, le plus grand détaillant au monde, son unité mexicaine a triplé son chiffre d’affaires en ligne au troisième trimestre, éclipsant une hausse de 79 % de la division américaine. Chez Home Depot Mexico, la croissance du commerce électronique a dépassé celle de sa société mère américaine. Le trafic du site web a plus que doublé, 70 % de ses clients en ligne étant de nouveaux clients.

« J’ai constaté une évolution, les gens mettant de côté leurs craintes concernant le commerce électronique », a déclaré Erika Diaz, vice-présidente des services en ligne, du marketing et des services spéciaux de la division mexicaine de Home Depot. Pour faciliter la transition, l’entreprise permet désormais à ses clients d’acheter des articles sur le web et de les payer ensuite dans un magasin, y compris en espèces. Elle a également doublé le nombre de représentants du service clientèle en ligne et développé les fonctions de chat bot. « Nous avons adapté notre activité à la nouvelle normalité ».

Source : Bloomberg.com

Retour en haut