La livre sterling faiblit suite à la décision de la BOE sur les taux d’intérêt

Vous êtes à la recherche de nouveaux clients ?
Créer un compte gratuitement

Sous-traitez vos campagnes de prospection à des professionnels indépendants du secteur !

La Banque d’Angleterre (BOE) a maintenu ses taux d’intérêt à un niveau stable jeudi, en choisissant de ne pas ajuster les coûts d’emprunt.

A 35 jours d’un vote pour les élections législatives, les neuf membres du Comité de politique monétaire (CPM) de la BOE, dirigé par Mark Carney, ont voté en faveur du maintien des taux d’intérêt à 0,75 %.

Sept décideurs, dont Carney, ont voté en faveur de taux d’intérêt inchangés, mais Jonathan Haskel et Michael Saunders ont surpris les marchés financiers en votant pour une baisse d’un quart de point. Cette décision a eu pour conséquence une baisse de plus de 0.3% de la livre sterling qui s’échangeait à 1,2811 $ peu après cette annonce.

Saunders et Haskel ont déclaré que leur vote en faveur d’une baisse des taux d’intérêt était motivé par la réduction du nombre d’emplois vacants et les risque de décroissance liés à l’économie mondiale et au Brexit.

D’autres membres du CPM ont laissé entendre qu’ils étaient prêts à réduire les taux d’intérêt au cours des prochains mois, si besoin, mais ils n’ont pas voté en faveur d’une baisse des coûts d’emprunt en novembre étant donné que l’économie britannique s’est en grande partie comportée comme prévu depuis trois mois.

Des incertitudes directement liées au Brexit

Le premier ministre Boris Johnson n’a finalement pas réussi à faire adopter à la hâte son accord sur le Brexit par le Parlement, ce qui a incité le chef du Parti conservateur à demander une prolongation du Brexit et à demander un vote final pour le 12 décembre.

L’UE a accepté de repousser l’échéance jusqu’à la fin du mois de janvier, avec un départ anticipé possible si les législateurs britanniques ratifient leur accord de divorce.

En prévision d’un vote de la banque centrale en faveur d’une baisse de taux dans les mois qui suivront le Brexit, les anticipations du marché concernant une baisse des taux d’un quart de point d’ici la fin de 2020 s’élevaient à 55 %.

Sans oublier la longue guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, ainsi que les phénomènes économiques mondiaux actuels, ont incité la Réserve fédérale et la Banque centrale européenne à baisser les taux d’intérêt au cours des derniers mois. Jusqu’à présent, la BOE a résisté à cette décision.

Retour en haut