La Chine oblige Ant Group à une restructuration financière

La Chine oblige Ant Group à une restructuration financière
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

La société Ant Group, menée par l’entrepreneur Jack Ma, entame un plan contraint de restructuration de ses opérations financières en une seule et même holding. Cette opération devrait implanter un peu plus cette entreprise financière chinoise dans le secteur bancaire, avec toutes les régulations et restrictions que ce statut comprend. Les opérations que le groupe cherche à intégrer dans la holding comprennent des services de gestion de patrimoine, des prêts à la consommation, des placements financiers, des paiements et MYbank, un prêteur en ligne dont Ant Group est le plus grand actionnaire.

Des restrictions qui freinent le développement du groupe

Dans le cadre de la structure de la holding financière, les activités de la société Ant Group seraient probablement soumises à davantage de restrictions en matière de capital, ce qui pourrait réduire sa capacité à prêter davantage et à se développer au rythme de ces dernières années. Cela dit, les propositions de restructuration suggèrent que l’entreprise financière serait toujours en mesure d’opérer dans les services financiers au-delà de son activité de paiement, ce qui apaiserait les inquiétudes des investisseurs sur la manière d’interpréter le message de prévention de la banque centrale lorsqu’elle a demandé à Ant Group de revenir à ses racines en tant que fournisseur de paiements.

« Cela signifie que la Chine essaie toujours d’encourager la consommation intérieure et qu’elle a besoin de plateformes comme Ant pour l’aider dans le domaine des prêts à la consommation », a déclaré Wang Zhen, un analyste de UOB-Kay Hian Holdings Ltd. basé à Shanghai. « L’essentiel est que les prêts à la consommation ne soient pas surendettés ».

Les autorités chinoises ont également demandé à Ant Group de concevoir un plan de restructuration de ses activités, la dernière d’une série de mesures visant à limiter l’empire financier en ligne de Jack Ma. Bien qu’elle n’ait pas demandé directement la dissolution de l’entreprise, la banque centrale a souligné qu’Ant devait comprendre la nécessité de revoir son plan de développement et établir un calendrier dès que possible.

Son entrée en bourse déjà avortée

« Sa croissance ralentirait beaucoup », a déclaré Francis Chan, un analyste de Bloomberg Intelligence à Hong Kong. L’évaluation des activités de non-paiement, y compris la gestion de patrimoine et les prêts à la consommation, pourrait être réduite de 75%, a-t-il dit. Le mois dernier, Ant Group était sur le point d’entrer en bourse, ce qui l’aurait évalué à plus de 300 milliards de dollars, avant que les régulateurs n’interviennent et sabordent l’introduction en bourse.

Le groupe détenait 11 milliards de dollars en espèces et équivalents au mois de juin, selon son dossier d’introduction en bourse. La société a déclaré dans une lettre d’information en octobre qu’elle utiliserait sa filiale Zhejiang Finance Credit Network Technology Co. pour demander la licence de holding financière. Selon les règles entrées en vigueur en novembre, les sociétés non financières qui contrôlent au moins deux institutions financières intersectorielles doivent en effet détenir une licence de holding financière. Les règles sur la manière dont les holdings pourraient être réglementées sont encore en cours de délibération.

Chan estime qu’Ant Group a besoin d’injecter au moins 70 milliards de yuans (11 milliards de dollars) de nouveaux capitaux uniquement pour atteindre les montants visés en termes d’activités de prêt de crédit. Ce calcul est basé sur un projet de règles qui exige qu’Ant cofinance 30% des prêts.

Toutes ces réglementations viennent alors entraver la domination commerciale du groupe de Jack Ma qu’il détient par l’intermédiaire d’Alibaba, le géant du e-commerce asiatique dont sa propre holding a connu une croissance de 5% sur la dernière période de l’année 2020.

Source : Bloomberg.com

Retour en haut