La Chine maintient la pression sur ses entreprises

La Chine maintient la pression sur ses entreprises
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

Les actions de Meituan ont fortement chuté pour la deuxième journée consécutive, après que le groupe chinois de livraison de nourriture et la société de e-commerce Pinduoduo ont été critiqués pour leurs pratiques commerciales par un groupe de protection des consommateurs affilié au gouvernement.

Du protectionnisme face aux nouvelles entreprises technologiques

L’action Meituan a perdu jusqu’à 9 %  ce mardi, les actions ayant perdu près de 12 % de leur valeur cette semaine. La chute a commencé lundi, lorsque le directeur général de l’entreprise a publié sur les médias sociaux un poème que les investisseurs ont considéré comme une critique du président chinois Xi Jinping.

Le Conseil des consommateurs de Shanghai a déclaré avoir interpellé Meituan et Pinduoduo pour signaler des problèmes de protection des droits des consommateurs et exiger des changements de comportement.  Cette réprimande intervient alors que les autorités chinoises mènent une répression plus large contre le secteur technologique du pays, après avoir fait échouer l’an dernier l’introduction en bourse de 37 milliards de dollars de Ant Group, la société de technologie financière de Jack Ma.

Le mois dernier, les autorités ont demandé au secteur de la technologie de rectifier les pratiques concurrentielles jugées déloyales. Le conseil a critiqué Meituan pour le manque de clarté des règles de sa plateforme et a déclaré qu’elle devait fixer « équitablement » les frais de livraison qu’elle facture aux restaurants et aux consommateurs. Par ailleurs, l’autorité chinoise de régulation du marché enquête sur Meituan pour des raisons de concurrence.

Mettre un terme aux contrefaçons

Le Conseil a demandé à Pinduoduo de corriger certaines de ses techniques pour attirer de nouveaux clients et de renforcer ses processus pour introduire de nouveaux marchands et lutter contre les contrefaçons sur la plateforme.  La réprimande de Pinduoduo constitue l’une des premières attaques directes contre la société, dont le fondateur a démissionné de son poste de président en mars, le même mois où le groupe de commerce électronique a déclaré avoir dépassé Alibaba en nombre d’acheteurs annuels.

Les actions de la société cotées à New York ont chuté de plus de 9 % à la suite de ces critiques. Le site de Pinduoduo est connu pour héberger des contrefaçons et a été répertorié à plusieurs reprises par les autorités américaines comme un marché notoire pour la violation de la propriété intellectuelle, avec d’autres sites chinois. Le Conseil a déclaré que certaines entreprises avaient laissé les contrefaçons affluer sur leurs plateformes, car elles privilégiaient avant tout l’augmentation du trafic de consommateurs. Pinduoduo a accepté de procéder à un auto-examen et à une rectification de ses pratiques problématiques et s’est engagé à soumettre un rapport de rectification.

Les actions de Meituan cotées à Hong Kong ont effacé une partie de leurs pertes en milieu d’après-midi pour s’asseoir en baisse de 5 %. Meituan a refusé de faire des commentaires. Xia Hailong, du cabinet d’avocats Shanghai Shenlun, a déclaré que le conseil n’avait pas de pouvoir de réglementation, mais que « les réunions servaient d’avertissement aux entreprises : vous feriez mieux de faire des changements, sinon vous serez punis. C’est une démarche chinoise qui consiste à utiliser la carotte avant le bâton », a-t-il déclaré.

Li Chengdong, directeur d’un groupe de réflexion sur le commerce électronique, a déclaré qu’il était inévitable qu’il y ait une réponse réglementaire au tollé provoqué par les contrefaçons, mais que l’intervention d’une association locale à Shanghai était préférable à celle d’une agence du gouvernement central. « En fait, dans une certaine mesure, cela protège Pinduoduo d’une sanction plus sévère », a-t-il assuré.

Source : FT.com

Retour en haut