La Chine a un plan intelligent pour que ses citoyens continuent à dépenser directement chez eux

La Chine a un plan intelligent pour que ses citoyens continuent à dépenser directement chez eux
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

Pourquoi laisser l’argent des consommateurs s’échapper vers d’autres pays ?

La Chine est devenue presque exempte de Covid-19. Son succès est dû en partie à des quarantaines draconiennes. Et elle ne baisse pas la garde. La capitale, Pékin, par exemple, a ajouté des restrictions six semaines seulement après avoir repris les vols internationaux début septembre. Les voyageurs en provenance de l’étranger doivent désormais être testés trois fois au lieu de deux. Ils doivent également passer deux semaines isolés dans un hôtel choisi par le gouvernement. Certaines chambres peuvent être assez miteuses.

Ce manque de contact humain détourne naturellement les étrangers. Mais les Chinois qui veulent voyager à l’étranger ont aussi des doutes. Qui voudrait être enfermé dans une petite chambre à son retour ?

Une nouvelle vision pour dynamiser l’économie

Ces déplacements s’inscrivent dans le cadre de la nouvelle stratégie chinoise de stimulation de l’économie. L’année dernière, environ 170 millions de Chinois ont quitté le continent, ce qui a permis de distribuer environ 186 milliards d’euros à l’étranger. Cet argent peut, en théorie, être dépensé chez nous.

Bien que la croissance des salaires soit revenue à environ 70 % des niveaux pré-pandémiques, le nouveau coronavirus a laissé des dégâts et une dépréciation économique durable. Les gens sont plus prudents, l’épargne ayant augmenté de 13,9 % en septembre par rapport au même mois de l’année précédente, ce qui est supérieur au taux de croissance moyen de 10,4 % des deux années précédentes, comme le montrent les données de HSBC.

Sans surprise, les ventes au détail ont augmenté ce mois-là de 3,3 %, soit moins que par le passé également. La pandémie a encouragé les ménages chinois à épargner davantage, car ils ne disposent pas d’un filet de sécurité sociale suffisant pour leur permettre de traverser les périodes difficiles.

Le cas des dépenses touristiques à l’étranger

Les touristes chinois dépensent souvent beaucoup en produits de luxe lorsqu’ils se rendent à l’étranger. Maintenant qu’ils sont moins nombreux à s’aventurer au-delà des frontières du pays, les gouvernements et les détaillants proposent toutes sortes de stratagèmes pour inciter les gens à dépenser chez eux et ainsi faciliter la prospection client des entreprises locales chinoises. Alibaba, le concurrent chinois d’Amazon, a étendu son programme annuel de shopping pour la Journée des célibataires, en proposant deux périodes de vente avec des réductions spéciales, malgré des marges commerciales éventuellement plus faibles : une nouvelle période de vente dans les trois premiers jours de ce mois et sa fenêtre traditionnelle de 24 heures le 11 novembre.

Les autorités municipales ont distribué des milliards de yuans en bons d’achat, souvent à échanger uniquement dans les magasins. Les gens qui sortent pour regarder autour d’eux, par exemple dans les magasins d’électronique, peuvent aussi manger dans les restaurants voisins, pense-t-on. Cependant, sur ce point et contrairement aux achats de marchandises, les achats de restauration continuent de diminuer.

Le 1er juillet, la Chine a relevé à 100 000 yuans (environ 12 700 euros) le plafond des achats hors taxes pour les voyageurs à Hainan, connu sous le nom de « Hawaï chinois ». L’impact a été immédiat : au troisième trimestre, les ventes hors taxes de l’île ont augmenté de 230 % par rapport à l’année précédente, l’essentiel des achats étant effectué dans des catégories de luxe telles que les cosmétiques, les bijoux et les montres.

Avec la recrudescence de Covid-19 aux États-Unis et en Europe, il est logique que la Chine décourage les voyages non essentiels à l’étranger avec ce genre d’argumentation commerciale. Mais il y a aussi une motivation financière. En obligeant les voyageurs à se mettre en quarantaine dans des pièces miteuses à leur retour, la Chine essaie de garder ses citoyens, ainsi que leur portefeuille, à l’intérieur du pays.

Source : Bloomberg.com

Retour en haut