La chaine de restauration rapide Taco Bell propose des salaires à 100 000 $ annuels

La chaine de restauration rapide Taco Bell propose des salaires à 100 000 $ annuels
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

L’intitulé de l’annonce est clair : « Recherché : Directeur de restaurant. Salaire compétitif : 100 000 $. »

Pour une telle somme, nous pourrions naturellement s’attendre à une annonce publiée par un restaurant qui dispose de plusieurs distinctions culinaires à son actif, mais il n’en est rien, l’auteur de l’offre n’est autre qu’une des grandes chaînes de restauration rapide mondialement connues : Taco Bell, le leader mondial sur le secteur des restaurants à thème Tex-Mex.

Face à un marché du travail américain de plus en plus étroit et fermé, l’enseigne a pris une décision étonnante : celle de parier sur un salaire bien plus élevé pour en faire un argument de poids dans le but d’attirer les demandeurs d’emploi dans l’entreprise mais aussi pour les garder sur le long terme.

Une rémunération testée dans plusieurs restaurants

L’entreprise Taco Bell (une division du groupe Yum Brands Inc.) a annoncé ce jeudi, qu’elle allait tester la mise en place de cette nouvelle rémunération dans plusieurs restaurants sélectionnés dans les régions du Midwest et du Nord-Est.

Cependant, l’enseigne ne compte pas s’arrêter là, elle veut également essayer une nouvelle approche en mettant en place un nouveau rôle pour les employés actuels qui souhaitent acquérir de l’expérience en leadership mais qui ne souhaitent pas pour autant occuper un poste de direction et à forte responsabilité.

La rémunération annuelle des directeurs généraux des restaurants de l’enseigne gravitent en moyenne entre 50 000 et 80 000 $ (prime d’intéressement, de performance, etc, comprises), selon les chiffres communiqués par l’entreprise.

Du nouveau également du côté des salariés

Du côté des employés de ces restaurants, sur tout le territoire américain, ils vont recevoir à minima 24 heures de congé maladie rémunéré chaque année.

Selon un porte-parole de la société, Taco Bell offrait jusqu’ici des congés maladie exclusivement aux cadres, et souhaite désormais étendre cette avantage à tous ses employés ayant occupé un poste pendant au moins 90 jours.

Un symbole de la situation économique américaine actuelle

Cette décision est également un autre exemple de la manière dont le taux de chômage américain particulièrement bas dessine un nouvel avenir dans le secteur de la restauration rapide, ce dernier ayant été longtemps considéré comme la représentation parfaite des emplois à faible rémunération.

Par exemple, des restaurants tels que Shake Shack Inc. ou Darden Restaurants Inc. ont récemment alerté que l’inflation de la main d’œuvre nuit considérablement à leurs marges.

Selon les derniers sondages et en tenant compte de l’intervalle de confiance, le taux de chômage est tombé à 3,5 % au mois de novembre, soit le taux le plus bas depuis plus de 50 ans, face à un salaire horaire moyen qui a augmenté jusqu’à dépasser les prévisions.

Taco Bell a également profité de cette prise de parole ce jeudi pour déclarer que l’entreprise souhaitait rendre la totalité de ses emballages recyclables, compostables et réutilisables à l’horizon 2025.

Une décision écologique saluée, tout comme celle de vouloir continuer à proposer aux clients des menus végétariens face à l’évolution des mœurs et la croissante du business des fausses viandes.

Source utilisée : Bloomberg.com

Retour en haut