La Bourse de Londres refuse l’offre d’achat de la Bourse de Hong Kong

La Bourse de Londres refuse l'offre d'achat de la Bourse de Hong Kong
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

La Bourse de Londres (London Stock Exchange) a refusé l’offre publique d’achat de 37 milliards de dollars, faite par la Bourse de Hong Kong. La raison est qu’elle était trop faible, mais également plutôt risquée sur le plan politique face à la situation actuelle.

L’annonce est récente : Le conseil d’administration de la LSE (London Stock Exchange) a déclaré fermement qu’il rejette « à l’unanimité » la proposition de Hong Kong Exchange (HKEX).

LSE a également ajouté qu’elle ne voit « aucun intérêt à s’engager davantage » face aux « défauts fondamentaux » de l’offre. Pour sa part, la Bourse de Londres a déclaré qu’elle restait bel et bien déterminée à acquérir le fournisseur de données financières Refinitiv, après avoir suffisamment étudié son marché d’activité.

De son côté, le président du LSE, Don Robert, a annoncé qu’il était notamment « surpris et déçu » que HKEX dévoile sa « proposition non sollicitée dans les deux jours suivant sa réception ». L’offre surprise a été dévoilée ce mercredi, ce qui laisse sous-entendre que LSE a réceptionné l’offre lundi.

« La transaction présentait de sérieux risques et manquait de valeur pour les actionnaires », a déclaré Robert dans une lettre adressée au président de HKEX. Selon lui, les relations de HKEX avec le gouvernement de Hong Kong étaient bien parties pour complexifier l’échange, ce qui enlevait toute viabilité et certitude à l’offre de rachat.

Pour sa part, de ce qui est publiquement affiché, le gouvernement de Hong Kong nomme directement la moitié du conseil d’administration de la Bourse de Hong Kong. Et en plus de cette première nomination, la nomination du président du conseil doit être approuvée par la directrice générale de Hong Kong, Carrie Lam. Ce qui en soi laisse sous-entendre que toute possibilité de mauvaises relations entre ces deux parties n’est pas envisageable.

L’offre de HKEX était conditionnelle à la résiliation par la LSE de son projet d’acquisition de Refinitiv (un prestataire souvent sollicité en outsourcing), projet dévoilé seulement au cours du mois dernier. Un tel projet, à hauteur de 22 milliards de livres sterling (27 milliards de dollars), a pour objectif de transformer la Bourse de Londres en un géant mondial des marchés et de l’information pour rivaliser avec l’empire des bases de données d’entreprises et financières de Michael Bloomberg.

Retour en haut