Joe Biden est officiellement le 46ème président des États-Unis d’Amérique

Joe Biden est officiellement le 46ème président des États-Unis d’Amérique
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

Joseph Robinette Biden a officiellement prêté serment ce mercredi 20 Janvier 2021 en tant que 46ème Président des Etats-Unis, promettant de mobiliser un esprit d’unité nationale pour guider le pays à travers l’un des chapitres les plus périlleux de l’histoire américaine.

La traditionnelle cérémonie d’investiture s’est bien déroulée

S’exprimant sous un ciel d’hiver radieux, alors que les rafales de neige fondaient et que les nuages se dissipaient, Joe Biden a déclaré que « la démocratie a prévalu » lors d’une cérémonie qui honorait le rituel de la passation de pouvoir au Capitole américain, où, il y a exactement deux semaines, un essaim de partisans fidèles à son prédécesseur a pris d’assaut le bâtiment dans une dernière bataille violente et futile pour renverser les résultats de l’élection.

« C’est le jour de l’Amérique », a déclaré M. Biden, en regardant à travers l’étendue des monuments nationaux de la capitale, désormais gardés par une garnison militaire sans précédent dans les temps modernes et dépourvue de spectateurs en raison de la pandémie de coronavirus. « C’est le jour de la démocratie ».

Des millions d’Américains ont regardé de chez eux le président de la Cour suprême John Roberts faire prêter à Joe Biden un serment, quelques instants avant midi, lorsqu’il a officiellement hérité des pouvoirs de la présidence. Toutes les personnes présentes, y compris le nouveau Président, portaient des masques et les invités étaient assis à part dans le public. Dans son allocution, le 46ème Président promet notamment de consacrer « toute son âme » à la reconstruction d’un pays ravagé par la maladie, les troubles économiques, l’inégalité raciale, la division politique et l’état des relations internationales dégradé.

Donald Trump, qui n’a jamais formellement reconnu sa défaite, a quitté la Maison Blanche mercredi matin et n’était pas présent, une dernière démonstration d’irrévérence pour les traditions et les normes qui ont longtemps façonné la présidence. Mike Pence, le vice-président sortant, était présent, rejoint par les Clinton, les Bush et les Obama.

Des premiers décrets dès la fin de la cérémonie d’investiture

L’ère de M. Biden a débuté dans ce que le Président a appelé un « hiver de périls et de possibilités importantes ». Il s’est juré d’aller de l’avant avec « la rapidité et l’urgence » requises pour répondre à l’instant. Cela commence avec un plan de 1900 milliards de dollars pour venir en aide aux jeunes qui ne peuvent plus exercer une activité à temps partiel pour subvenir à leurs besoins essentiels. Cette aide s’adressera également aux citoyens qui ont tout simplement perdu leur emploi ou encore pour les ménages les plus modestes qui se retrouvent privés de la possibilité de toucher un revenu complémentaire

Ce travail a commencé quelques heures seulement après son investiture. Depuis le Bureau ovale, Joe Biden a signé 17 décrets et directives, s’empressant de démanteler les éléments les plus controversés de l’héritage de son prédécesseur.

« Il n’y a pas de meilleur moment pour commencer qu’aujourd’hui », a-t-il déclaré aux journalistes, alors qu’il signait les actions. Parmi ces actions, il y a eu celles visant à rejoindre les accords de Paris sur le climat, à mettre fin aux décrets visant à quitter l’Organisation mondiale de la santé, à abroger l’interdiction de voyager dans plusieurs pays à prédominance musulmane, à révoquer le permis pour le pipeline Keystone XL et à prolonger une pause dans le remboursement des prêts étudiants qui financent les études et un moratoire fédéral sur les expulsions et les saisies.

Il a également imposé un mandat national exigeant le port de masques dans les bâtiments fédéraux et a envoyé au Congrès un projet de loi de grande envergure sur l’immigration qui créerait une voie de huit ans vers la citoyenneté pour des millions d’immigrants vivant dans le pays illégalement.

L’attente du nouveau Président à son arrivée dans le bureau ovale était une note de Trump, une tradition que l’ancien dirigeant a choisi d’imposer. Kamala Harris, pendant ce temps, est retourné au Capitole pour faire prêter serment aux sénateurs démocrates nouvellement élus de Géorgie, Jon Ossoff et Raphael Warnock, ainsi qu’à Alex Padilla, qui la remplacera en tant que sénateur de Californie. Leur arrivée à la Chambre a modifié l’équilibre des pouvoirs, donnant aux démocrates la majorité la plus mince possible, Mme. Harris, dans son rôle de présidente du Sénat, servant de vote décisif.

Source : Theguardian.com

Retour en haut