Huawei : des problèmes à l’étranger mais un fort développement en Chine

Huawei : des problèmes à l'étranger mais un fort développement en Chine
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

Jun Yu can’t resist gadgets. Plus de 20 smartphones, de vieilles tablettes et d’autres appareils se cachent dans un coin de sa maison de Pékin, soit un dépotoir technologique en pleine expansion. Son appartement est également équipé d’un assistant intelligent Google Home et d’un Amazon Echo.

« J’emporte trois téléphones avec moi chaque jour. J’utilise un téléphone pour les applications chinoises, j’utilise mon iPhone pour Gmail et les applications occidentales, et j’utilise mon téléphone Google Pixel pour le travail », explique l’entrepreneur technologique de 34 ans.

Mais son obsession a porté ses fruits. En 2009, il a acheté le premier téléphone à utiliser Android, le logiciel qui fait maintenant fonctionner plus de 80 % des smartphones.

Un an plus tard, le diplômé en physique a fondé sa propre entreprise de création de contenu pour les utilisateurs chinois d’Android. En 2016, il a vendu l’entreprise pour un montant non divulgué à Alibaba, le géant chinois du commerce électronique.

Aujourd’hui, il se passionne pour la nouvelle génération de technologie, connue sous le nom de 5G. Elle promet des connexions internet ultra-rapides pour votre téléphone portable, assez rapides pour télécharger des films en quelques secondes ou pour diffuser des émissions de télévision en haute définition.

En octobre, Jun Yu a pré-commandé un smartphone prêt pour la 5G, fabriqué par la Chinoise Xiaomi.

« La 4G a permis de nombreuses choses comme la vidéo mobile, des jeux plus immersifs. Je sais que la 5G le fera aussi. Mais je ne sais pas encore exactement comment », dit-il.

Une situation mondiale pourtant contrastée

Mais aux États-Unis et au Royaume-Uni, le déploiement des réseaux 5G a été entravé par une querelle internationale à propos de l’un des plus importants fournisseurs d’équipements 5G, la société chinoise Huawei.

Les États-Unis ont interdit l’utilisation de l’équipement Huawei dans les réseaux 5G par crainte pour la sécurité, et ont encouragé leurs alliés à faire de même. Ils maintiennent également un contrôle strict sur ce que les entreprises américaines peuvent vendre à Huawei, ce qui a perturbé les ventes de téléphones Huawei à l’étranger.

Les analystes du secteur, comme Edison Lee, un analyste du groupe de services financiers Jefferies, considèrent la pression américaine sur Huawei comme une tentative de briser la domination potentielle de la Chine sur le marché mondial des 5G.

« La guerre technologique est basée sur l’argument des États-Unis selon lequel les avancées technologiques de la Chine ont été construites sur des droits de propriété intellectuelle volés et de lourdes subventions gouvernementales, et sur leur conviction que les équipements de télécommunications chinois ne sont pas sûrs et constituent une menace pour la sécurité nationale des États-Unis et de ses alliés », dit-il.

« Comme Huawei et ZTE dominent de plus en plus le marché mondial des équipements de télécommunications, le monde occidental sera plus vulnérable à l’espionnage chinois », ajoute M. Lee.

Huawei dément les accusations qui lui sont dirigées

Huawei a toujours nié avec force dans son argumentation commerciale que sa technologie puisse être utilisée à des fins d’espionnage. Alors que les pays occidentaux s’inquiètent de l’un des principaux fournisseurs de technologie 5G, la Chine est en train de faire la course en tête avec le déploiement de la 5G.

Le 31 octobre, les entreprises de télécommunications chinoises ont lancé des services 5G dans plus de 50 villes chinoises, créant ainsi l’un des plus grands réseaux 5G du monde.

Huawei a construit environ 50 % de ce réseau. Le ministère chinois de l’information affirme qu’en seulement 20 jours, le pays a enregistré plus de 800 000 abonnés. Les analystes prévoient que la Chine comptera jusqu’à 110 millions d’utilisateurs 5G d’ici 2020.

Et le secteur technologique chinois est en train de trouver des utilisations à cette nouvelle technologie, ce qui ne va pas manquer de développer la notoriété de Huawei sur le sujet. Sur un grand terrain au nord de Hong Kong, des chercheurs développent notamment des véhicules autonomes alimentés par la 5G.

Les chercheurs de l’Institut de recherche en sciences appliquées et en technologie de Hong Kong travaillent en partenariat avec China Mobile, la plus grande entreprise de télécommunications de Chine.

Ils considèrent que la 5G est particulièrement utile pour les véhicules autonomes, car elle permet aux voitures de se faire une idée précise de ce qui se passe autour d’elles, en communiquant avec les autres véhicules, les feux de circulation et les capteurs sur la route. Et Huawei ne manque de pas de mettre en avant ces différents points au sein de son plan de communication de crise.

« Pour les consommateurs, la 5G va peut-être transformer notre façon d’interagir avec les autres. Pour le gouvernement, la 5G transformera les routes et les infrastructures routières pour permettre de nouvelles applications comme la conduite assistée améliorée et, à terme, la conduite autonome », explique Alex Mui, un chercheur du projet.

La Chine n’est pas le premier pays à déployer la 5G. Mais elle est en train de construire très rapidement l’un des plus grands marchés 5G du monde.

Bien que Huawei et ZTE tirent profit de cette expansion, ils aimeraient encore que leurs actions de prospection respectives leurs permettent de percer sur des marchés étrangers lucratifs comme les États-Unis.

Source : BBC.com

Retour en haut