Goldman Sachs est la première grande banque américaine à exclure les prêts dédiés au forage dans l'Arctique

Goldman Sachs est la première grande banque américaine à exclure les prêts dédiés au forage dans l'Arctique
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

Goldman Sachs est la première grande banque américaine à déclarer qu’elle ne financera pas de nouveaux projets pétroliers dans l’Arctique.

Dimanche, la banque a annoncé une série de changements au niveau de sa politique environnementale, dont un engagement à ne pas financer le forage dans l’Arctique. Ces restrictions excluent aussi les projets situés sur le refuge national de la faune arctique, que le président Donald Trump a tenté d’ouvrir au développement.

Le gel de certains financements s’étend également à la construction de nouvelles mines de charbon thermique et de centrales électriques dans le monde entier, ainsi qu’à des projets qui dégradent considérablement un habitat naturel, a déclaré Goldman Sachs sur son site web.

Un investissement de 750 milliards de dollars pour le climat

La Banque a également annoncé son engagement à investir 750 milliards de dollars au cours des dix prochaines années dans des domaines axés sur la transition climatique et la croissance inclusive.

La décision de Goldman Sachs intervient alors que des militants et des scientifiques ont dénoncé l’accord mondial sur le climat conclu dimanche lors d’un sommet de l’ONU à Madrid, affirmant qu’il ne parvient pas à fournir des engagements clairs en matière de réduction du carbone.

Goldman Sachs a été salué par les groupes environnementaux

Le Rainforest Action Network a déclaré dans un communiqué que les engagements de Goldman sont les plus fortes restrictions de financement d’énergies fossiles de toutes les grandes banques américaines. Cependant, elle est toujours en retard sur ses concurrents mondiaux, a déclaré l’organisation environnementale.

Selon le Sierra Club, plus d’une douzaine des plus grandes banques du monde ont pris des engagements similaires pour arrêter le forage dans l’Arctique, notamment UniCredit (UNCFF), Royal Bank of Scotland (RBS) et Barclays (BCS). Goldman Sachs essaye donc de revaloriser l’entreprise au niveau de ses concurrents, afin de fidéliser ses clients actuels et en trouver des nouveaux parmi ceux sensibles à l’environnement.

Selon le Fonds mondial pour la nature, l’Arctique se réchauffe presque deux fois plus vite que la moyenne mondiale, ce qui entraîne une élévation du niveau de la mer, des changements climatiques et pluviométriques et des phénomènes météorologiques plus graves. C’est donc plutôt positif de voir de tels géants mettre à jour la vision de leur business model.

Source

Retour en haut