Étude sur le marché du tabac : la solitude rendrait l’arrêt du tabac plus difficile

Étude sur le marché du tabac : la solitude rendrait l'arrêt du tabac plus difficile
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

Dans une étude publiée ce mardi dans Addiction, des chercheurs de l’université de Bristol ont trouvé des preuves d’un lien de cause à effet entre l’expérience prolongée de la solitude et le tabagisme.

Bien que de nombreuses études aient montré qu’il existe une association, il était jusqu’à aujourd’hui difficile de prouver si le seul fait d’être seul pouvait conduire à l’abus de substances ou si l’abus de substances pouvait conduire à la solitude. D’autant plus qu’il fallait intégrer la notion d’intelligence émotionnelle chez les personnes concernées.

En appliquant une nouvelle méthode de recherche à cette problématique, la randomisation mendélienne, qui utilise des données génétiques et des données d’enquête provenant de centaines de milliers de personnes, l’équipe a découvert que la solitude semble accentuer le risque d’adopter un comportement tabagique.

« Cette méthode n’a jamais été appliquée à cette question auparavant et les résultats sont donc nouveaux, mais aussi provisoires. Nous avons trouvé des preuves suggérant que la solitude entraîne une augmentation du tabagisme, les gens étant plus susceptibles de commencer à fumer, de fumer plus de cigarettes et d’être moins enclins à arrêter », a déclaré le Dr Robyn Wootton, co-auteur principal.

L’évolution des ventes durant le confinement a mis ce constat en évidence

Il a été prouvé que le fait de ressentir une certaine solitude augmente la probabilité de commencer à fumer et le nombre de cigarettes fumées par jour et diminue la probabilité de réussir à arrêter. Cela reflète les tendances observées au cours de la pandémie, et plus particulièrement au niveau du développement commercial de l’industrie du tabac durant le confinement.

En effet, plusieurs buralistes français ont accueilli des clients qu’ils considéraient perdus depuis plusieurs années. La Confédération des buralistes a assuré début avril qu’elle constatait une certaine croissance interne au niveau des ventes de tabac, pouvant grimper jusqu’à 30 à 40 % supplémentaires, d’autant plus au niveau des zones frontalières.

La nécessité d’aider les personnes seules et fumeuses

Deborah Arnott, directrice générale de l’Action of Smoking & Health (ASH), a déclaré que « si les personnes seules sont plus susceptibles de commencer à fumer et ont plus de mal à arrêter, elles sont plus susceptibles de souffrir des dommages causés par le tabagisme. Le tabagisme est la principale cause de décès prématuré évitable, avec trente fois plus de personnes qui meurent en souffrant de graves maladies liées au tabagisme, comme le cancer, les maladies cardiaques et respiratoires. Cette recherche met en évidence la nécessité d’aider les fumeurs souffrant de solitude à arrêter, non seulement pour améliorer leur santé et leur bien-être, mais aussi pour les aider à réduire leur solitude ».

L’équipe a également menée une étude de cas sur la relation entre la solitude et la consommation et l’abus d’alcool, et n’a trouvé aucune preuve évidente d’une relation de cause à effet.

« Si la méthode que nous avons utilisée dans cette étude présente d’importants avantages, elle est également précoce pour ce type d’étude. Nous suggérons donc que des recherches supplémentaires soient menées lorsque nous en saurons plus sur la génétique de la dépendance à l’alcool et de la solitude », a déclaré le Dr Jorien Treur.

Ceci dit, les personnes « seules » sont plus prêts que les autres à s’impliquer pour trouver des stratégies qui les aident à faire face à la situation et ont également moins tendance à penser qu’elles ont des réseaux de soutien sur lesquels s’appuyer. Parmi eux, nous pouvons citer les centres laser anti-tabac tels que clinique-anti-tabac.fr.

Cette étude est d’autant plus importante pour aider les gens à arrêter de fumer et informer les services d’aide au sevrage tabagique si cet effet causal de la solitude sur le tabagisme est confirmé dans de prochaines analyses.

Source utilisée : MedicalxPress.com

Retour en haut