Comment entreprendre en étant étudiant ?

Comment entreprendre en étant étudiant ?
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

Avec la crise sanitaire qui a touché la France et le reste du monde depuis déjà deux ans, de nombreux étudiants se sont retrouvés dans la précarité. Parmi les millions d’étudiants dans le pays, la volonté d’entreprendre est un envie qui revient régulièrement. Et pour cause, beaucoup de personnes pensent qu’il est nécessaire de commencer son expérience entrepreneuriale le plus tôt possible. Malheureusement la plupart des étudiants qui souhaitent se lancer dans une activité professionnelle ne savent pas par quel moyen s’y prendre. Même si de nombreux étudiants souhaitent lancer une activité, pour la majorité d’entre eux, il s’agit d’entreprendre en parallèle de leurs études afin de garder le statut d’étudiant.

Dans cet article, nous vous livrons les 3 choses indispensables à savoir pour entreprendre tout en étant étudiant !

1 – S’inscrire au régime de l’Auto-Entrepreneur en étant étudiant

Pour commencer toute activité professionnelle dans la légalité, il faut s’inscrire et déclarer son activité selon le régime que la personne a choisi. Lorsque l’on est étudiant, le régime le plus adapté est celui de de l’auto-entrepreneur.

Le régime d’auto-entrepreneur a été mis en place en France le 1er janvier 2009. Ce régime est actuellement le plus simplifié qui existe en France et il permet d’encourager les entrepreneurs dans la création d’entreprises grâce à divers avantages en termes de création, de gestion et de cessation d’une activité en nom propre. Avec une photocopie de votre pièce d’identité, vous pouvez déclarer votre activité  par internet via le site suivant  « www.autoentrepreneur.urssaf.fr ».  L’inscription au régime de l’auto-entrepreneur est rapide et gratuite. Cela rend l’accès au travail indépendant plus accessible pour tous. Vous devrez choisir votre type d’activités selon les trois types : artisanales, commerciales, libérales.

Une fois l’inscription complète vous vous verrez délivrer un numéro unique d’identification de votre activité (numéro Siret) et une déclaration d’activité auprès des régimes sociaux. Un auto-entrepreneur non étudiant est affilié à la Sécurité Sociale des Indépendants. Cependant, si vous êtes étudiant, votre activité d’auto-entrepreneur ne remet pas cela en question et vous resterez rattaché à votre régime actuel (qui peut être celui de vos parents). Vous n’avez aucune démarche particulière à effectuer et vous continuerez à bénéficier des mêmes remboursements. De plus, avec le régime de l’auto-entrepreneur vous ne serez pas soumis à l’impôt sur les sociétés, mais seulement à la TVA à partir d’un certain montant. En versant un pourcentage sur son chiffre d’affaire encaissé, vous pouvez vous acquitter de cotisations sociales et validé des trimestres de retraite.

2 – Soyez vigilant concernant vos aides sociales

Si vous êtes un étudiant boursier vous devez savoir que le montant des bourses sur critères sociaux du CROUS est calculé sur les revenus de l’année N-2. Cependant, il est important de savoir que si vous êtes rattaché au foyer fiscale de vos parents, les revenus que vous allez générer avec l’auto-entreprise seront ajoutés aux leurs, et pourront remettre en question vos droits aux bourses deux ans plus tard.

Nous vous conseillons donc de réaliser une simulation afin de pouvoir calculer à partir de quel montant de chiffre d’affaires, vos droits peuvent être remis en question. Par conséquent, afin d’entreprendre en étant étudiant tout en ne perdant pas la bourse sur critères sociaux, il est recommandé de lancer votre activité pendant les deux dernières années de vos études, si vous le pouvez.

Concernant l’aide au logement (APL), la règle est la même en tout point que pour la bourse, celle-ci peut faire baisser ou disparaitre le montant de vos APL deux ans après votre début d’activité. Pour les aides de la Caisse d’Allocations Familiales (CAF), notez que votre chiffres d’affaires que vous généré peut faire augmenter votre niveau fiscal de référence et donc diminuer vos aides à moyen terme.

Afin de baisser vos charges sociales, il existe une aide nommé l’ACRE (L’aide aux Créateurs ou Repreneurs d’Entreprises) qui vous permet de bénéficier d’une exonération partielle des charges sociales pendant les 3 premières années de votre business. Vous devez en faire la demande au moment de la déclaration de création de votre auto-entreprise, ou dans les 45 jours suivant le dépôt de votre dossier.

3 – Lancez-vous et poursuivez votre rêve d’entreprendre

Quand on est jeune, on a souvent l’impression d’être débordé, mais en réalité, vous aurez rarement autant de temps à consacrer à vos propres projets. C’est donc le parfait moment de profiter de ce temps disponible pour démarrer une activité qui vous tient à cœur ou dans laquelle vous excellez. Par exemple, vous avez peut-être des talents en communication ou en vente, qui peuvent être mis à profit pour faire du télémarketing.

Si vous vous lancez dès maintenant, en étant étudiant, vous avez la possibilité et la chance de pouvoir commettre des erreurs contrairement à des personnes qui se lancent plus tard dans leur vie. Entreprendre quand on est jeune apporte nettement moins de risques que lorsqu’on a déjà une situation établie.

Réfléchissez donc à vos talents actuels ou à des nouveaux talents que vous souhaitez développer pour votre avenir. Il est possible de générer de jolis compléments de revenues avec quelques heures par semaines de travail avec une activité comme téléprospecteur freelance par exemple.

Le meilleure moment pour se lancer, c’est maintenant, alors lancez-vous !

Retour en haut