DHL surfe sur le boom du e-commerce

DHL surfe sur le boom du e-commerce
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

Deutsche Post DHL a réévalué à la hausse ses prévisions de bénéfices pour la troisième fois cette année, après que l’essor du e-commerce a permis à l’une des plus grandes entreprises de logistique au monde de réaliser le meilleur premier trimestre de son histoire. Une performance liée au contexte économique, le rebond du commerce mondial ayant également incité le groupe basé à Bonn à relever ses prévisions de bénéfices avant intérêts et impôts (EBIT) à plus de 6,7 milliards d’euros en 2021 et à plus de 7 milliards d’euros en 2023. En avril, DHL avait signalé l’augmentation de ses prévisions, après les avoir relevées en mars.

Un premier trimestre aux résultats historiques

Mercredi, l’entreprise a fourni plus de détails, après s’être contentée de dire qu’elle s’attendait à ce que les chiffres soient nettement supérieurs à 5,6 milliards d’euros et à plus de 6 milliards d’euros, respectivement. « Nous avons connu le meilleur premier trimestre de notre histoire », a déclaré Frank Appel, directeur général du groupe, qui participe à la distribution mondiale des vaccins Covid-19. « Nos cinq divisions sont toutes sur la voie de la croissance et sont idéalement positionnées pour bénéficier de l’essor continu du commerce électronique et de la résurgence du commerce mondial. »

Cette forte hausse souligne à quel point la pandémie a galvanisé les perspectives du secteur de la logistique, puisque le groupe visait à atteindre 5 milliards d’euros de bénéfices avant impôts en 2020 avant le début de la pandémie. L’année dernière, sa valeur ajustée des éléments exceptionnels, a atteint 5,4 milliards d’euros.

Une croissance intervenue alors que DHL a annoncé que l’EBIT avait plus que triplé pour atteindre 1,9 milliard d’euros au cours des trois premiers mois de l’année, sur un chiffre d’affaires qui a augmenté de 22 % pour atteindre 18,9 milliards d’euros. L’essor des achats en ligne pendant la pandémie a stimulé ses unités de services express, de commerce électronique et de services postaux et de colis allemands, mais la reprise rapide du commerce mondial aide également ses divisions d’expédition et de chaîne d’approvisionnement.

L’étirement des chaînes d’approvisionnement mondiales et la disponibilité limitée du fret par bateau et par avion ont contribué à la hausse des prix et à l’augmentation des marges, a déclaré DHL. Les entreprises de logistique concurrentes profitent du même boom.

Les services de livraison raflent la mise

Le chiffre d’affaires d’UPS pour le premier trimestre a dépassé les attentes des analystes la semaine dernière, le plus grand groupe de livraison de colis au monde ayant également profité de la hausse des achats en ligne pendant la crise sanitaire. FedEx a annoncé une augmentation plus importante que prévu de ses bénéfices au cours des trois mois se terminant le 28 février après avoir augmenté ses prix et en raison des dépenses en ligne pendant la saison des fêtes.

Les bons résultats de DHL lui ont permis de dégager un flux de trésorerie disponible positif pour la première fois au cours du trimestre. La société a relevé ses prévisions de flux de trésorerie disponible pour 2021 à plus de 3 milliards d’euros, contre 2,3 milliards d’euros auparavant.

Aussi, DHL augmente ses investissements dans son réseau pour répondre à la demande accrue de ses services et poursuivre son développement. Les dépenses d’investissement devraient atteindre 11 milliards d’euros entre 2021 et 2023, contre une fourchette de 9,5 à 10,5 milliards d’euros. David Kerstens, analyste chez Jefferies, a déclaré que « le consensus est déjà largement atteint », faisant référence au niveau des prévisions d’EBIT du groupe. Les actions de Deutsche Post ont augmenté de 4,4 % dans la matinée de mercredi, prolongeant leur record à plus de 50 € par action.

Source : FT.com

Retour en haut