Des startups d’auto-partage surfent sur la vague de l’innovation automobile

Des startups d’auto-partage surfent sur la vague de l’innovation automobile
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

Deux sociétés de partage de voiture qui ont survécu à des concurrents plus établis et à la pandémie cherchent à renforcer leurs bilans en exploitant la fascination de Wall Street pour les start-ups liées à l’automobile.

La tendance du commerce entre particuliers

De la même manière qu’Airbnb a révolutionné le concept d’hébergement pour la nuit, les plateformes de particulier à particulier créent un marché autour de l’auto-partage en mettant en relation les propriétaires de véhicules inutilisés avec ceux qui ont besoin de se déplacer. Le concept existe depuis des années : Deux des plus grands acteurs, Getaround et Turo ont été lancés il y a plus de dix ans et font partie de l’industrie croissante de la mobilité.

Aucune des deux startups ne possède de véhicules. Elles comptent sur les propriétaires de voitures qui s’inscrivent sur leurs applications en ligne pour les fournir, et les nettoyer. Les utilisateurs utilisent leur smartphone pour commander un des véhicules à proximité qui correspondent à leur budget et à leurs goûts pour des voyages à travers la ville ou le pays.

Getaround a levé au moins 839 millions de dollars depuis sa création en 2009, selon PitchBook, dont 140 millions de dollars au mois d’octobre dernier. La société envisage maintenant de s’introduire en bourse alors que la pandémie s’estompe, afin de profiter de l’appétit des investisseurs pour les start-ups liées à l’automobile. « L’introduction en bourse est une possibilité, mais il y en a beaucoup d’autres », a déclaré Karim Bousta, directeur général de Getaround, lors d’une interview sur les possibilités de l’entreprise.

Turo, également créée en 2009, a levé au moins 496 millions de dollars, selon PitchBook. Elle étudie « toutes les options possibles au cours des prochains mois », selon Andre Haddad, PDG de Turo.

La recherche de nouveaux fonds arrive à un moment opportun : De nombreuses entreprises liées à l’automobile ont levé des milliards de dollars grâce aux promesses de leurs technologies en développement.

Des start-ups allant des gestionnaires de données sur les véhicules, jusqu’aux fabricants de pièces détachées et aux constructeurs de voitures électriques à part entière, ont bénéficié d’un boom des investissements alimenté par la hausse, l’année dernière, des actions de Tesla leader du marché des véhicules électriques.

Répondre à de nouvelles normes

Asad Hussain, analyste principal chez PitchBook, a déclaré que l’auto-partage avait étonnamment bien résisté malgré les craintes persistantes concernant l’exposition à la pandémie de Covid-19. « Le secteur est intact », a-t-il déclaré. « Il a certainement été touché, mais il rebondit. »

Les deux entreprises ont pris des mesures énergiques pour apaiser les craintes de contagion. Getaround a renoncé aux frais d’annulation, a demandé aux propriétaires de garder du désinfectant pour les mains dans leurs véhicules et a adopté un protocole de quarantaine pour les voitures qui entrent en contact avec des personnes testées positives au Covid-19. Turo a assoupli ses politiques d’annulation, exigé la désinfection des points chauds fréquemment touchés et commencé à promouvoir les véhicules dont les propriétaires ont suivi une formation de nettoyage amélioré avec des « badges » décernés à ces utilisateurs et visibles sur la plateforme.

Les sociétés de location de voitures ont mis en place des mesures de propreté similaires pour attirer les clients vers leurs flottes de véhicules parqués, mais beaucoup d’entre elles étaient situées autour de points stratégiques tels que les aéroports et les hôtels qui sont devenus soudainement vacants lorsque la pandémie s’est répandue. Maintenant que la demande reprend, elles s’efforcent de reconstituer des flottes réduites dans un contexte de pénurie de véhicules neufs et d’occasion due aux réductions de production des constructeurs automobiles.

Source : Bloomberg.com

Retour en haut