De nouvelles compagnies aériennes voient le jour en pleine pandémie

De nouvelles compagnies aériennes voient le jour en pleine pandémie
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

La pandémie de coronavirus a contraint les plus grandes compagnies aériennes à immobiliser des avions, à supprimer des emplois et à consolider leurs finances pour survivre à la pire crise de l’histoire de l’aviation. Il faudra encore des années pour que la situation se rétablisse complètement. C’est dans ce contexte extrêmement délicat qu’une poignée de PDG courageux pensent que c’est le moment idéal pour lancer une nouvelle compagnie aérienne.

Est-ce le meilleur moment pour se lancer ?

« Nous ne nous lancerions pas sans la pandémie », a déclaré Tonje Wikstrøm Frislid, PDG de la start-up norvégienne low cost Flyr. La société, qui prévoit son premier vol dans les prochains mois, n’est pas la seule. Flypop, une startup britannique qui souhaite proposer des vols long-courriers low costs, se prépare à décoller cette année, de même que Breeze Airways, la dernière création de David Neeleman, un entrepreneur de compagnies aériennes en série.

Les nouveaux venus parient que les échecs et les réductions d’effectifs subis par les autres compagnies aériennes pendant la pandémie ont ouvert de nouvelles perspectives. Ils espèrent également obtenir d’énormes remises sur les avions auprès de fournisseurs désespérés, et pouvoir choisir les pilotes, le personnel navigant et le personnel d’appui.

« Une pandémie est le meilleur moment pour créer une compagnie, car les coûts sont très bas », explique Nino Judge, PDG de Flypop. « Tout est à moitié prix ».

Pourtant, beaucoup dépend du moment de la reprise. La pandémie a mis à mal le secteur de l’aviation, le trafic mondial de passagers ayant chuté de 94 % au plus fort des mesures prises en avril dernier

Les restrictions de voyage imposées par les gouvernements, couplées à l’énorme quantité de liquidités que les compagnies aériennes ont brûlé pour continuer à fonctionner ont eu des conséquences dramatiques. Près de deux douzaines de compagnies aériennes dotées d’une flotte de plus de 10 appareils ont cessé leurs activités en 2020, soit à peu près le double du nombre de défaillances d’une année normale.

Dans le meilleur des cas, le trafic aérien retrouvera 50 % de ses niveaux antérieurs en 2021, selon les estimations d’ l’Association Internationale des Transports Aériens. Mais les nouveaux variants du coronavirus et la lenteur du déploiement de la vaccination feraient que le trafic annuel n’atteindrait que 38 % des niveaux de 2019, a prévenu l’organisme sectoriel.

Des coûts divisés par deux

Les avions représentent l’un des coûts les plus importants pour les compagnies aériennes, et ils sont très bon marché en ce moment. Cela s’explique par le fait qu’un « certain nombre d’avions tout neufs sortis des chaînes de production  ne seront pas livrés de sitôt. Cela signifie qu’il existe des possibilités d’acquérir des avions à des prix extrêmement intéressants », a déclaré John Strickland à CNN.

Selon M. Judge, Flypop paie jusqu’à 50 % de moins pour louer ses Airbus A330 que ses concurrents sur le marché des vols long-courriers. Breeze et Flyr ont déclaré qu’ils profitent également de réductions de 40 à 50 % sur les prix de location des avions en raison de la pandémie.

Les avions bon marché constituent une incitation importante pour les investisseurs potentiels. « Il y aura sans aucun doute des opportunités pour les compagnies aériennes avec des modèles commerciaux différents offrant quelque chose de nouveau », en particulier si les compagnies aériennes peuvent acquérir de nouveaux avions à bas prix, a déclaré Elise Weber, cofondatrice de la database spécialisée dans l’aéronautique Skytra.

Les nouvelles compagnies aériennes sont également avantagées par le fait qu’elles sont peu endettées, ce qui signifie que les économies réalisées sont directement répercutées sur les passagers. En obtenant des avions bon marché, vous pouvez proposer un positionnement à vos clients qui se situe « à des kilomètres de la concurrence », a déclaré M. Strickland. « Mais ce n’est pas parce qu’il existe un grand nombre d’avions neufs et d’occasion bon marché que vous devez aller les chercher,  vous devez avoir un bon plan d’affaires et il doit y avoir une justification commerciale pour ce que vous faites », a-t-il ajouté.

Les voyages d’affaires ne se rétabliront peut-être jamais complètement, mais les experts estiment que deux types de passagers pourraient revenir assez rapidement : les voyageurs d’agrément et les personnes rendant visite à des amis ou à des parents, ce que l’on appelle le secteur VFR dans l’industrie.

Elise Weber a déclaré à CNN que le marché « se concentre sur les vols court-courriers plutôt que long-courriers », les vols rapides devant être « moins encombrés par les restrictions des différents pays et motivés par des personnes à la recherche de vacances abordables et peu risquées ou de vols intérieurs pour voir leur famille. » La clé est de trouver ces opportunités. Si une nouvelle compagnie aérienne essayait de concurrencer directement une société comme Ryanair, le plus grand transporteur low cost d’Europe, « vous savez probablement laquelle va s’en sortir en tant que survivante », conclut  John Strickland.

Source : Edition.cnn.com

Retour en haut