Coronavirus : Delta propose des rachats d’actions et des retraites anticipées pour alléger sa masse salariale

Coronavirus : Delta propose des rachats d’actions et des retraites anticipées pour alléger sa masse salariale
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

Delta Air Lines prévoit de proposer ce jeudi des indemnités de départ à la retraite et des rachats d’actions aux employés, un effort pour réduire les coûts alors que le coronavirus continue de frapper le secteur aérien.

« Alors que nous n’aurions jamais imaginé il y a quelques mois seulement que nous envisagerions une Delta Air Lines plus réduite (on s’attendait à ce que ce soit une année de croissance, après tout), c’est la réalité à laquelle nous sommes confrontés […] Chaque départ volontaire contribue à protéger les emplois de ceux qui en ont le plus besoin », a déclaré le PDG Ed Bastian dans une note au personnel, qui a été communiqué à CNBC.

Une situation globale

Les compagnies aériennes américaines ont l’interdiction de licencier ou de réduire les salaires de leurs employés jusqu’au 30 septembre, sous réserve de l’obtention totale d’une aide fédérale de 25 milliards de dollars qu’elles ont commencé à recevoir le mois dernier et ce malgré qu’elles souhaitent diminuer les charges liées à leur masse salariale.

Cependant, les transporteurs aériens s’empressent de réduire leurs coûts et préparent leurs employés au pire en essayant de gagner de l’argent sans investir, la demande de voyages restant inférieure de plus de 80 % à celle de l’année dernière.

Un seul objectif : la diminution des charges liées aux employés

L’annonce de Delta intervient le lendemain d’un communiqué diffusé par American Airlines détaillant son intention de réduire de 30 % ses effectifs de direction et d’administration, soit environ 5 000 personnes, pour récupérer de l’argent.

United vise également à réduire de 30 % les effectifs de ce département. Les compagnies aériennes exhortent leurs employés à accepter des rachats d’actions ou des retraites anticipées pour éviter des réductions involontaires et un management de sortie de crise plutôt agressif.

Delta comptait environ 91 000 employés à la fin de l’année 2019. La compagnie aérienne basée à Atlanta prévoit également d’offrir des retraites anticipées à ses pilotes syndiqués, les détails seront publiés la semaine prochaine.

Un statuquo limité par les complications liées à la réouverture des lignes

United Airlines et Delta Air Lines souhaitent clairement rouvrir les lignes aériennes entre les États-Unis et la Chine dès le début du mois de juin, pour revaloriser au maximum leurs sociétés. Dans ce cadre, elles ont donc soumis des demandes à l’Administration de l’aviation civile de Chine (CAAC).

La problématique qui s’impose aux deux transporteurs américains est que l’Administration de l’aviation civile de Chine, dans sa volonté de limiter, voire stopper les nouveaux cas de COVID-19 qui proviennent de l’extérieur du pays, a imposé à toutes les compagnies aériennes de se baser sur les programmes de vols de la semaine du 16 au 22 mars en tant que référence de base visant à évaluer combien de vols ils pourraient assurer vers la Chine jusqu’à nouvel ordre. Le souci étant qu’à cette date, les compagnies américaines avaient totalement suspendu leurs vols vers cette destination.

Entre-temps, plusieurs compagnies aériennes chinoises ont continué à assurer des liaisons entre les États-Unis et la Chine pendant toute la durée de la pandémie. Mais le régulateur chinois de l’aviation a limité chacune d’entre elles à un seul vol hebdomadaire vers les États-Unis. Le paradoxe est donc là, et commence à susciter des tensions profondes.

Source utilisée : CNBC.com

Retour en haut