Contrôle technique : entre délais supplémentaires et difficultés pour les professionnels du secteur

Contrôle technique : entre délais supplémentaires et difficultés pour les professionnels du secteur
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

Suite au divers délais mis en place pour repousser la date limite à laquelle les automobilistes peuvent réaliser le contrôle technique de leur véhicule, contrôle qui n’a pas pu être effectué pendant le confinement, le délai initialement repoussé à 3 mois, puis au 23 juin, est finalement ramené à 104 jours suite à une décision du gouvernement.

Pour résumer la situation rapidement, et comme évoqué précédemment, le report des échéances du contrôle technique (pour les automobilistes ayant été dans l’incapacité de réaliser l’examen depuis le 12 mars) n’est plus fixé à la date du 23 juin comme annoncé par le gouvernement le mois dernier.

Ainsi, en dépit du fait qu’aucun décret ne sera publié sur ce sujet (comme l’espérait les professionnels de ce secteur), un échéancier plus étendu a été confirmé en ce début de mois de juin directement par la Direction générale de l’énergie et du climat. Le résultat qui en découle est qu’il ne faudra pas tenir compte d’une date fixe mais plutôt d’une date définie en fonction de la date initiale spécifiée sur chaque véhicule.

Un délai étendu à 104 jours après la date initiale prévue

Afin d’apporter un soutien aux automobilistes, les trois réseaux principaux que sont Auto Sécurité, Sécuritest et Autovision ont pris la décision de mettre en place un module qui permet aux automobilistes de calculer simplement la date limite à respecter.

En effet, pour calculer cette date, vous devez simplement saisir la date du contrôle technique initiale et le module calcule automatiquement la date de tolérance finale. Ce calcul se base sur la formule suivante : tolérance finale = écart en jours entre le 12 mars et la date initiale du contrôle prévue, résultat qui est ajouté à la date du 24 juin.

Ainsi, la mise en application de l’ordonnance 2020 du 25 mars dernier précise précisément que les automobilistes peuvent profiter d’une « zone blanche » à hauteur de 104 jours et qu’ils ne doivent pas obligatoirement réaliser leur contrôle technique avant le 23 juin.

Plus concrètement, cela signifie explicitement que les contrôles techniques qui devaient être fait dans cette période 12 mars / 23 juin sont à réaliser entre la période 24 juin / 5 octobre, ce qui modifie une nouvelle fois les rétroplannings de chaque centre.

Une période qui pose des difficultés aux professionnels de ce secteur

Dès que le confinement a été annoncé, certains sondages ont révélés que les créneaux de rendez-vous proposés par différents centres de contrôle, tels que auto-controle-technique.fr, avait été très rapidement réservés.

A ce jour il est donc compliqué d’obtenir un rendez-vous dans un délai inférieur à un mois. Il est également difficile face à cette affluence de tenir compte des gestes barrières à respecter.

Ce type de difficultés, l’échantillon représentatif des professionnels interrogés auraient naturellement préféré ne pas les subir étant donné qu’ils ont dû faire face à des clients particulièrement pressés de réaliser leur examen avant la date du 23 juin, situation qui a développé du stress supplémentaire lié à leur conditions de travail.

Précision supplémentaire, l’ensemble des contre-visites initialement placées entre le 12 mars et le 23 juin devront être réalisées avant le 24 août prochain.

Source utilisée : Automobile-Entreprise.com

Retour en haut