Clubhouse révolutionne le modèle des médias sociaux

Clubhouse révolutionne le modèle des médias sociaux
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

L’application Clubhouse, qui permet aux gens de se réunir dans des salons de discussion audio pour discuter de différents sujets, a été téléchargée près de quatre millions de fois au cours du seul mois dernier, selon Apptopia. Des personnalités aussi diverses qu’Elon Musk, Ai Weiwei, Lindsay Lohan et Roger Stone l’ont rejointe, et les conversations totalement libres qu’elle permet ont suscité la colère de la Chine, qui a interdit son téléchargement la semaine dernière.

Une nouvelle forme de média social

Clubhouse a suscité un débat sur la question de savoir si l’audio représente le prochain modèle économique viable de média social, en faisant passer les connexions numériques au-delà du texte, des photos et des vidéos pour une conversation vocale, plus à l’ancienne. Dans des milliers de salons de discussion chaque jour, les utilisateurs de l’application ont mené des conversations sans entraves sur des sujets aussi variés que l’astrophysique, la géopolitique, la représentation des homosexuels à Bollywood et même la poésie cosmique…

« C’est un changement majeur dans la façon dont l’internet social fonctionne », a déclaré Dave Morin, qui a fondé le réseau social Path il y a plus de dix ans et a investi dans Clubhouse. « Je crois que c’est un nouveau chapitre ».

La trajectoire du Clubhouse a été rapide – il n’avait que quelques milliers d’utilisateurs en mai – même si l’application est sur invitation seulement et n’est pas largement disponible. Ces invitations sont devenues tellement convoitées qu’elles ont été répertoriées sur eBay pour pas moins de 89 dollars. Des sociétés de médias telles que Barstool Sports ont également ouvert des comptes Clubhouse, utilisant ainsi la plateforme comme un outil commercial d’acquisition de nouveaux clients.

L’attention s’est emparée de la petite start-up de San Francisco fondée par deux entrepreneurs, Paul Davison et Rohan Seth, et qui compte aujourd’hui une douzaine de salariés. Alors que Clubhouse a levé plus de 100 millions de dollars de fonds le mois dernier et a été évalué à un milliard de dollars, il a eu du mal à gérer l’affluence croissante. Mercredi, l’application a subi un disfonctionnement. Par ailleurs, Facebook et Twitter travaillent sur des produits similaires pour lui faire concurrence.

La liberté d’expression et ses limites

Clubhouse est également confronté à une augmentation des plaintes pour harcèlement, désinformation et violation de la vie privée. Lors d’un incident le mois dernier, un utilisateur a promu des théories de conspiration sur les vaccins contre le coronavirus et a découragé les gens de se faire vacciner, ce qui a conduit au harcèlement d’une femme médecin.

Ce mois-ci, les régulateurs allemand et italien ont publiquement remis en question la conformité des pratiques du Clubhouse avec les lois européennes sur la protection des données. La Chine a elle totalement bloqué l’application après que des conversations politiques ont été soulevées à son sujet en dehors des contrôles stricts du pays sur Internet.

Clubhouse suit une voie classique de start-up de la Silicon Valley que des sociétés de médias sociaux comme Twitter, Snapchat et Facebook ont également empruntée : une croissance virale suivie des problèmes désordonnés qui l’accompagnent. C’est la première entreprise américaine de médias sociaux à faire son apparition depuis des années. L’application dispose tout de même d’une fonction de blocage qui permet aux utilisateurs de mieux contrôler leurs espaces.

Ce dimanche, 5 000 personnes – le maximum dans une salle du Clubhouse – ont assisté à une séance hebdomadaire avec les fondateurs. Lors de la discussion, M. Davison a déclaré que l’entreprise avait des règles explicites contre la diffusion de fausses informations, les discours de haine, les abus et l’intimidation. La start-up a déclaré l’année dernière qu’elle ajoutait des conseillers et des dispositifs de sécurité et qu’elle renforçait les pouvoirs des modérateurs.

Une semaine après que Clubhouse ait annoncé son nouveau financement le mois dernier, Elon Musk a déclenché une frénésie lorsqu’il est apparu sur l’application et a interviewé Vlad Tenev, le directeur général de Robinhood. M. Musk a promis de revenir au Clubhouse avec Kanye West et a même invité le président russe Vladimir Poutine à un échange.

Source : Nytimes.com

Retour en haut