Ces PDG Chinois qui décident de prendre du recul

Ces PDG Chinois qui décident de prendre du recul
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

Zhang Yiming, l’un des cofondateurs de ByteDance, société mère du phénomène mondial TikTok, quittera ses fonctions de directeur général à la fin de l’année pour prendre du recul sur la stratégie à long terme de la société. Le cofondateur de M. Zhang et responsable des ressources humaines, Liang Rubo, prendra les rênes de ByteDance, qui possède également un grand nombre d’autres applications de divertissement et de plateformes web en Chine et dans d’autres pays.

« Après avoir cédé mon rôle de PDG et m’être retiré des responsabilités de la gestion quotidienne, je disposerai de l’espace nécessaire pour explorer les stratégies à long terme, la culture organisationnelle et la responsabilité sociale, avec une perspective plus objective de l’entreprise », a écrit M. Zhang.

Les entreprises Chinoises sources de tensions politiques

Zhang Yiming, 38 ans, se retire de son poste alors que le gouvernement chinois intensifie sa surveillance des grands groupes présents sur le web comme ByteDance.

La société, fondée en 2012, est la première société chinoise basée sur le web devenue véritablement mondiale. Avec TikTok, elle a atteint un succès commercial et d’influence culturelle qu’aucune des autres puissances technologiques du pays n’a réussi à atteindre en dehors des frontières de la Chine.

Mais ce succès a également mis ByteDance en tension avec les gouvernements du monde entier qui sont mal à l’aise avec les capacités high-tech croissantes de la Chine et avec les méthodes souvent opaques par lesquelles les grandes entreprises privées du pays doivent apaiser les autorités gouvernementales pour rester en activité.

L’Inde, qui était auparavant l’un des principaux marchés de TikTok, a interdit l’application vidéo l’année dernière, invoquant la sécurité nationale. Sous la présidence de Donald Trump, la Maison Blanche a menacé de faire de même, mais des recours en justice ont contrecarré ce projet. ByteDance et M. Zhang ont dû mener des négociations avec Oracle et d’autres prétendants à la vente de TikTok afin d’apaiser les inquiétudes du gouvernement américain concernant la propriété chinoise de l’application. Aucune vente n’a finalement eu lieu.

De nombreux PDG prennent du recul

Le mois dernier, des régulateurs Chinois ont ordonné à 34 des plus grands noms du secteur, dont ByteDance, de faire passer l’intérêt national en premier et de se conformer à des règles plus strictes en matière de concurrence loyale et de protection des consommateurs.

Les pressions réglementaires accrues amènent certains dirigeants d’Internet à tenter d’éviter d’attirer davantage l’attention sur eux, à l’instar de Jack Ma, cofondateur milliardaire d’Alibaba et l’un des entrepreneurs les plus célèbres de Chine.

L’année dernière, Colin Huang, le fondateur de Pinduoduo, une application de shopping en plein essor, a lui aussi cédé le poste de PDG.

ByteDance a remanié ses cadres supérieurs à plusieurs reprises depuis le début de l’année 2020. Récemment, elle a nommé son directeur financier, Shouzi Chew, au poste de directeur général de TikTok, basé à Singapour. Ce poste a été libéré l’année dernière par Kevin Mayer, un ancien cadre de Disney qui est parti après moins de quatre mois, TikTok étant devenu une piñata géopolitique entre la Chine et les États-Unis.

M. Zhang a dirigé ByteDance en mettant l’accent sur l’expansion mondiale à travers une restructuration. Il a découragé les hiérarchies internes et essayé de cultiver une force de travail auto-motivée afin que l’entreprise puisse continuer à se développer sans perdre l’agilité d’une start-up.

« Souvent, lorsque les entreprises mûrissent et se développent, beaucoup tombent dans le piège d’une centralisation excessive du PDG, qui écoute les présentations, s’occupe des approbations et prend des décisions de manière réactive », écrit M. Zhang dans sa lettre aux employés. « Cela conduit à une confiance excessive dans les idées déjà existantes dans l’entreprise. »

Son successeur au poste de PDG est M. Liang. Les deux hommes ont fondé ensemble une autre entreprise avant de lancer ByteDance.

Source : NYTimes.com

Retour en haut