Ces applications qui concurrencent le transport personnel

Ces applications qui concurrencent le transport personnel
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

Les citadins ont l’habitude de passer d’une application à l’autre pour choisir le meilleur moyen de se rendre d’un point A à un point B. Le métro ou le bus sont-ils les plus rapides ? Et un taxi ou un vélo de ville ? Quel fournisseur propose le scooter électrique le plus proche ?

Cela peut être gênant et prendre du temps. C’est pourquoi la startup finlandaise MaaS Global a décidé de regrouper tous ces services dans une seule application appelée Whim. Disponible dans plus de 10 villes d’Europe et d’Asie, les utilisateurs peuvent accéder à des taxis, des bus, des vélos, des scooters électriques et des voitures de location.

« Le seul but de Whim est de concurrencer la possession d’une voiture », explique le PDG Sampo Hietanen à CNN.

La concurrence de l’automobile

Selon l’Agence internationale de l’énergie, les transports sont responsables de 24 % des émissions mondiales de CO2 liées à l’énergie, dont la plupart proviennent des véhicules particuliers. Si Whim parvient à convaincre les utilisateurs d’échanger leurs clés de voiture contre une application unique offrant de multiples options de transport, l’impact environnemental pourrait être énorme, affirme M. Hietanen.

Il admet que ce n’est pas une tâche facile. Pour réussir, Whim doit être plus pratique et moins cher que la possession d’une voiture. « La voiture représente la liberté de mobilité », dit Hietanen.

Pour faire face à la concurrence, Whim propose des voitures de location et des taxis, mais selon Hietanen, les utilisateurs ont tendance à opter pour les transports publics ou la micromobilité (véhicules légers partagés comme les vélos ou les e-scooters).

Les utilisateurs peuvent choisir entre plusieurs niveaux de service, y compris une option de paiement à la carte et un abonnement de 30 jours, qui coûte 62 € à Helsinki, où l’application est la plus établie, pour un nombre illimité de transports publics et de courtes courses en taxi. Le billet permet également de louer une voiture à partir de 55 € par jour.

Si Helsinki dispose d’alternatives à la voiture bien développées, ce n’est pas le cas partout. Si une ville ne dispose pas d’un vaste système de transports publics ou d’un grand nombre de voitures de location ou de taxis, il sera difficile de convaincre les gens de renoncer à leur voiture, explique Maria Kamargianni, professeur associé de transport et d’énergie à l’University College de Londres.

Selon elle, des applications comme Whim représentent la première étape pour inciter les gens à renoncer à leur voiture, et elle ajoute que la disponibilité d’options de transport alternatives devrait s’améliorer en fonction de l’évolution de la maturité du marché. Le cabinet d’études MarketsandMarkets prévoit que le marché mondial des services de mobilité passera de 4,7 milliards de dollars en 2020 à 70,4 milliards de dollars en 2030.

Le mouvement dans le sillage de MaaS

Parmi les autres fournisseurs, citons Citymapper, qui a lancé un service similaire à Londres ou Paris en 2019, et Moovit, qui en plus des bus ajoute peu à peu l’ensemble des solutions de transports disponibles dans les grandes agglomérations françaises.

Whim, lancé en 2016, est l’un des premiers fournisseurs et a levé plus de 60 millions de dollars auprès d’investisseurs tels que BP, Mitsubishi et Toyota. Il est disponible dans plusieurs villes européennes et à Tokyo, et a accumulé 18 millions de voyages dans le monde depuis son lancement.

Mais l’entreprise a été touchée par la pandémie de Covid-19, dit Hietanen. Avec moins de personnes qui voyagent, les revenus sont plus faibles, ce qui freine l’expansion de l’entreprise dans d’autres villes.

Le journal finlandais Helsingin Sanomat a récemment rapporté que la société avait dépensé 50 millions d’euros pour des projets d’expansion qui ont échoué. Selon M. Hietanen, cet argent a été consacré à l’intégration de plusieurs fournisseurs de services de transport, à la préparation du marché dans plusieurs pays et au développement de la technologie complexe qui sous-tend l’application.

« Nous savions depuis le début que l’investissement nécessaire pour créer cette application serait considérable », dit-il, ajoutant que la société a récemment obtenu de nouveaux investissements.

Bien que le secteur n’en soit qu’à ses débuts, M. Hietanen est convaincu que la demande sera au rendez-vous. Selon un récent rapport du Forum international des transports, les services de mobilité seront essentiels pour répondre aux besoins d’une population mondiale croissante et d’une urbanisation rapide. Mais pour que la croissance ait lieu, les gens doivent choisir ces services plutôt que d’autres options de déplacement, comme les véhicules à moteur privés.

C’est déjà le cas, affirme M. Hietanen. Selon une enquête menée par l’entreprise à Helsinki, 12 % de ses utilisateurs ont déclaré que Whim les avait incités à renoncer à leur voiture. « Les gens veulent une solution plus durable, dit-il, mais ils veulent toujours la liberté de pouvoir aller n’importe où, n’importe quand. »

Source : Edition.cnn.com

Retour en haut