Brexit : l’Irlande présente un budget de 1,2 milliard pour soutenir son économie

Vous êtes à la recherche de nouveaux clients ?
Créer un compte gratuitement

Sous-traitez vos campagnes de prospection à des professionnels indépendants du secteur !

En cas de Brexit sans accord, l’Irlande sera certainement le pays le plus exposé. C’est dans cette logique que le gouvernement de l’Irlande a présenté ce mardi 8 octobre un budget de 1,2 milliard d’euros pour soutenir l’économie du pays face à un Brexit sans accord qui semble de plus en plus inévitable.

Comme l’a précisé Paschal Donohoe, le ministre des finances Irlandais : « Le Brexit est le risque le plus immédiat pour l’économie Irlandaise et une sortie de l’Union Européenne sans accord deviendrait très problématique ». Devant le Parlement, il a continué en déclarant : « J’annonce un budget de 1,2 milliard d’euros de dépenses – sans interventions d’aides européennes – pour soutenir notre économie, afin de répondre au Brexit »

Il s’agit d’un budget sans précédent, le ministre ayant également indiqué que 650 millions d’euros serviraient directement à aider des secteurs prioritaires comme le tourisme ou l’agriculture, et à limiter les effets néfastes d’une sortie de l’Union Européenne sans dispositif de sécurité.

L’Irlande reste prête à relever le défi

La banque centrale européenne a été très claire, une sortie de l’UE sans accord (prévue pour 31 octobre) aurait des conséquences désastreuses. Cela pourrait notamment anéantir environ 30 % des exploitations agricoles Irlandaises à cause de la hausse des frais de douanes et augmenter les taxes sur la viande de 50 %.

Face à un tel scénario, l’Irlande reste tout de même disposée à relever le défi d’un Brexit sans accord tout en maintenant une position de force. Paschal Donohoe a notamment soutenu cette volonté en indiquant : « Cette année, nous avons éliminé nos déficits et prévoyons un surplus budgétaire de 2 % du produit intérieur brut (PIB). En cas de no deal, nous continuerons à faire grossir ce surplus”. 

Pour finir, le fait de rétablir une réelle frontière entre l’Irlande, État membre de l’UE, et l’Irlande du Nord, partie intégrante du Royaume-Uni, forcerait 55 000 Irlandais à se retrouver sans emploi et à trouver d’autres moyens pour gagner plus d’argent.

En ce qui concerne le PIB du pays, celui-ci pourrait probablement chuter de 6 points, ce qui serait un constat terrible face à la croissance phénoménale de 8.2 % que le pays avait enregistré au cours de l’année passée.

Retour en haut