Boris Johnson annonce son plan pour l’écologie au Royaume-Uni

Boris Johnson annonce son plan pour l'écologie au Royaume-Uni
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

Le Premier ministre britannique Boris Johnson présentait hier son Plan en 10 points qui œuvre en faveur de la cause écologique au Royaume-Uni. Un plan qui s’étend sur 30 ans avec pour objectif de rendre le pays totalement « vert » d’ici l’année 2050

Les voitures à essence et diesel interdites à la vente en 2030

Le Royaume-Uni va interdire la vente de nouvelles voitures à essence et diesel d’ici 2030, soit dix ans plus tôt que prévu, dans le cadre du plan en dix points du premier ministre Boris Johnson pour une action plus ambitieuse en matière de changement climatique.

L’interdiction a été saluée comme un « évènement important » par Greenpeace et « sans aucun doute un défi » par le groupe d’affaires CBI. Comme argumentaire de vente, le gouvernement britannique promet 582 millions de livres sterling de subventions pour l’achat de voitures électriques ainsi qu’un financement à hauteur de 1,1 milliard de livres sterling pour les nouvelles infrastructures de recharge des voitures.

« Une action audacieuse en matière de transport électrique, qui est sans doute la plus grande action pro-climat d’un gouvernement britannique depuis la fin précipitée de l’énergie au charbon, fera d’énormes vagues à l’étranger », a déclaré Jonathan Marshall de l’Energy & Climate Intelligence Unit, une organisation à but non lucratif basée au Royaume-Uni, dans un communiqué.

Toutefois, dans une concession aux constructeurs automobiles, le gouvernement n’interdira pas la vente de véhicules électriques hybrides rechargeables – qui peuvent généralement parcourir des dizaines de kilomètres sur batterie avant de passer à un moteur conventionnel – avant 2035. Il a été constaté que ces voitures émettent deux fois et demie plus de CO2 dans la vie réelle que lors de tests en laboratoire. Dans le « monde d’après », l’ampleur que semble prendre le télétravail indépendant ou salarié suite à la pandémie actuelle risque fortement d’impacter les modes de déplacement de la population qui, en prenant beaucoup moins régulièrement la route, pourrait déjà considérablement réduire l’émission globale de CO2 de tout un pays.

Un engagement énergétique

Johnson a également apporté son soutien à l’énergie nucléaire, mais n’a pas confirmé le financement d’une nouvelle centrale nucléaire à Sizewell dans le Suffolk, proposée par l’entreprise publique française EDF. Le plan a alloué 525 millions de livres sterling pour des réacteurs nucléaires beaucoup plus petits que ceux d’aujourd’hui, au sujet duquel consortium dirigé par Rolls Royce a fait pression pour obtenir un soutien pour leur construction.

Dans une déclaration, le gouvernement britannique a déclaré que le plan en dix points créerait 250 000 emplois et a lié ces mesures à la promesse électorale de Johnson de niveler par le haut les régions négligées du Royaume-Uni. Les nouvelles politiques arrivent quelques semaines seulement avant le cinquième anniversaire de l’accord de Paris, le 12 décembre. Trois jours plus tôt, le 9 décembre, les conseillers du gouvernement en matière de climat publieront un nouvel objectif d’émissions de carbone pour le milieu des années 2030.

Parmi les autres points forts du plan de M. Johnson figurent les mesures visant à augmenter considérablement la production d’hydrogène à faible teneur en carbone, qui est considérée comme un moyen essentiel de décarboniser l’industrie lourde et d’autres secteurs. Il a fixé un objectif de 5 gigawatts d’électrolyseurs pour la production d’hydrogène d’ici à 2030, alors que l’objectif européen est de 40 GW à la même date. Il a également suggéré la création d’une « ville de l’hydrogène » au Royaume-Uni pour 2025, dans laquelle le combustible serait utilisé pour le chauffage et la cuisine.

Un autre nouvel objectif prévoit l’installation de 600 000 pompes à chaleur – une alternative électrifiée et écologique aux chaudières à gaz – dans les foyers et les bâtiments publics chaque année d’ici 2028. Les efforts de nettoyage de l’industrie lourde ont également été renforcés, avec 200 millions de livres supplémentaires pour le carbone, le captage et le stockage.

Parmi les autres points, on peut citer la répétition de l’annonce précédente de quadruplement de la capacité de production d’énergie éolienne en mer d’ici 2040 et le renouvellement de l’engagement du parti conservateur britannique de planter des arbres. Le plan prévoit également un large soutien en faveur de la marche et du cyclisme, de l’écologisation des avions et des navires, ainsi que de la recherche sur l’innovation et le financement.

Source : Newscientist.com

Retour en haut