AXA s’engage dans le soutien des énergies durables

AXA s’engage dans le soutien des énergies durables
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

AXA réduit ses investissements dans les combustibles fossiles, l’industrie étant dans le collimateur. Le plus grand assureur français, élargit la liste des activités liées aux combustibles fossiles dans lesquelles il s’abstiendra d’investir, alors que la pression s’accroît sur les sociétés financières pour qu’elles cessent de financer les industries qui nuisent au climat.

Fin des investissements dans l’énergie fossile

À partir de 2023, l’assureur parisien cessera d’investir et de souscrire des projets d’exploration pétrolière en amont, en tenant compte du cadre de l’initiative Science-Based Targets (SBTi) dès qu’il sera disponible, a déclaré l’assureur vendredi.

« A l’avenir, AXA est déterminé à concentrer son soutien uniquement sur les acteurs ayant les stratégies de transition les plus ambitieuses et les plus crédibles », a déclaré Thomas Buberl, directeur général, dans ce communiqué.

L’assureur entend également réduire son exposition en matière d’investissement et d’assurance à l’exploration et à la production non conventionnelles, en renforçant ses critères concernant le pétrole arctique, les sables bitumineux et le pétrole et le gaz de schiste. Et le groupe, qui visait à investir 24 milliards d’euros dans les énergies vertes et à faible émission de carbone d’ici 2023, a porté cet objectif à 26 milliards d’euros.

Trouver le juste équilibre

Bien que l’annonce représente « un certain progrès », la nouvelle politique d’AXA à l’égard du pétrole et du gaz « sape en fin de compte ses prétentions au leadership climatique », selon Lucie Pinson, directrice exécutive de Reclaim Finance. Le groupe estime qu’AXA continuera à offrir une assurance pour 56,5 % des projets d’expansion pétrolière et gazière. Selon ce calcul, AXA « a fait dérailler à la fois son propre engagement à atteindre des émissions nettes nulles d’ici 2050, et sa responsabilité en tant que président de la Net Zero Insurance Alliance, qui est de prendre les devants en matière de climat », a-t-elle déclaré.

Axa a été l’une des premières grandes sociétés financières à se désengager du charbon en 2015 et, en 2017, le premier grand assureur à cesser de souscrire certains nouveaux projets de charbon. Depuis lors, un nombre croissant de banques, d’assureurs et d’investisseurs ont commencé à limiter les services financiers à l’industrie du charbon.

Axa est sous pression pour mettre en place une politique ambitieuse en matière de pétrole et de gaz. Un groupe d’organisations environnementales à but non lucratif a publié une annonce dans le Financial Times la semaine dernière, appelant Buberl à « suivre la science et à exclure dès maintenant tout soutien aux nouveaux projets pétroliers et gaziers. »

Retour en haut