Apple, Google, Microsoft, Tesla et Dell visés au sujet du cobalt extrait des mines par des enfants en Afrique

Apple, Google, Microsoft, Tesla et Dell visés au sujet du cobalt extrait des mines par des enfants en Afrique
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

Certaines des plus grandes entreprises technologiques des États-Unis ont été accusées de complicité dans la mort et la mutilation de centaines, voire de milliers d’enfants africains qui exploitent le cobalt, un minéral essentiel à la production des batteries lithium-ion notamment pour les smartphones et les voitures électriques que nous utilisons.

Parmis les entreprises nommées, nous pouvons citer Apple, Google, Microsoft, Dell et Tesla. Une accusation qui risque d’entacher leur image de marque.

Un procès devant un tribunal américain

Le procès a été intenté dimanche devant le tribunal de district de Washington D.C par l’organisation à but non lucratif International Rights Advocates, au nom de 13 plaignants anonymes de la République démocratique du Congo.

La plainte accuse les géants de la technologie d’avoir « sciemment tiré profit de l’utilisation cruelle et brutale de jeunes enfants en République démocratique du Congo (RDC) pour extraire du cobalt, et d’avoir aidé et encouragé cette utilisation ».

La poursuite exige un procès par jury pour les demandeurs, qui comprennent des enfants mineurs mutilés et les familles d’autres personnes tuées dans les mines de cobalt.

Terry Collingsworth, avocat spécialisé dans les droits de la personne pour International Rights Advocates, a déclaré à CBS News que son organisation « a retracé la chaîne d’approvisionnement depuis la mine où les enfants ont été tués ou mutilés et l’a remontée jusqu’à ces sociétés », ce qui démontre qui sont les donneurs d’ordres originels, et notamment comment ces entreprises fonctionnent.

Le procès appelle les compagnies à prendre la responsabilité des enfants mineurs dans leurs chaînes d’approvisionnement et à changer la façon dont elles s’approvisionnent en métal.

Un problème de fond lié à l’exploitation du minerai

Les recherches du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) ont estimé qu’en 2012, environ 40 000 enfants travaillaient dans les mines de la RDC. Plus de la moitié de l’approvisionnement mondial de cobalt provient de la RDC, et 20 % de ce minerai est extrait à la main, selon Darton Commodities Ltd, une société de recherche basée à Londres et spécialisée dans le cobalt.

L’enjeu est donc de taille. Face à une économie de plus en plus dépendante des nouvelles technologies, et donc de l’utilisation de ce type de minerai, il est important de trouver des solutions pour lutter contre des constats et pratiques aussi dangereuses.

Source de l’image à la une

Retour en haut