Airbus entrevoit une lueur d’espoir dans les voyages d’affaires

Airbus entrevoit une lueur d'espoir dans les voyages d'affaires
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

Guillaume Faury, directeur général d’Airbus, a déclaré qu’il percevait les premiers signes d’un retour des voyages d’affaires, une partie cruciale de la clientèle du secteur de l’aviation qui pourrait l’aider à rebondir après la pire récession jamais enregistrée.

Vers une reprise progressive du trafic aérien

« Au début de la crise, les voyageurs d’affaires restaient chez eux, travaillant à distance avec des systèmes numériques », a déclaré M.Faury lors d’une interview à la télévision à Berlin. « Un an plus tard, les choses changent, les entreprises sont impatientes de reprendre l’avion ».

La semaine dernière, Airbus a retardé la montée en puissance prévue de la production pour répondre à la demande des compagnies aériennes qui reste modérée. Guillaume Faury a déclaré que le constructeur européen reste dans « l’œil du cyclone », tout en étant optimiste quant à la stabilisation de l’activité au point qu’Airbus puisse bénéficier d’une reprise plus tard dans l’année.

L’optimisme prudent de M. Faury a été repris par l’Association internationale du transport aérien, qui a déclaré mercredi qu’elle voyait des signes positifs car la campagne de vaccination est en cours dans le monde entier. Le directeur d’Airbus a déclaré que sa société adapte sa proposition commerciale « avion par avion, compagnie aérienne par compagnie aérienne ».

Il est de plus en plus évident pour les entreprises qu’il n’est peut-être pas possible de maintenir indéfiniment les commerciaux à domicile. Le directeur général de Barclays, Jes Staley, a déclaré mardi au Forum économique mondial que la situation des bureaux à domicile n’est que provisoire dans les secteurs propices aux échanges internationaux.

Le PDG d’Airbus voit le virus freiner la demande jusqu’au premier semestre 2021

« Une année de crise a montré très clairement que les voyages et les rencontres avec vos partenaires commerciaux sont absolument essentiels », a déclaré M. Faury. « Donc, cette clientèle reviendra ».

Guillaume Faury a également mis en évidence les signes d’une demande refoulée pour les voyages d’agrément. Dans les cas où les itinéraires ont été rouverts, le niveau des réservations a été extrêmement élevé, bien que la vitesse de tout rebondissement dans ce segment dépende de la campagne de vaccination, a-t-il dit.

Alors qu’Airbus se tourne vers un avenir plus optimiste, son concurrent américain Boeing a annoncé mercredi sa pire perte annuelle jamais enregistrée, ainsi que le retardement du lancement de son mastodonte 777X jusqu’à la fin 2023, soit trois ans de retard sur le calendrier initial.

Quel avenir commercial pour Airbus ?

En ce qui concerne les négociations avec les clients, M. Faury assure que « nous parlons et travaillons très étroitement, côte à côte avec tous les clients des compagnies aériennes et les bailleurs, qui représentent une très grande partie de l’industrie à un moment où nous en avons vraiment besoin ».

Concernant la part de marché des avions à fuselage étroit, « il est très probable qu’elle restera supérieure à 50 % pour Airbus. Nous pensons que nous avons le produit supérieur mais cela dépend beaucoup de l’intensité de la concurrence » poursuit le PDG.

Airbus a concentré son offre de produits sur des appareils plus agiles et plus économes en carburant, qui seront probablement déployés en premier lors d’une reprise, comme les familles d’avions monocouloirs A220 et A320 et le plus gros A350 en matériaux composites avancés.

Pour l’instant, Airbus se nourrit de son vaste carnet de commandes qui s’étend sur plusieurs années, et M. Faury a rassuré que le nombre d’annulations directes a été négligeable car les compagnies aériennes, elles aussi, parient sur un rebond et ne veulent pas manquer leurs créneaux de livraison.

« Nous savons que nous devons rester très agiles », a déclaré M. Faury. « Nous avons des vents contraires à court terme avec le virus et la complexité de la situation, et nous avons des vents contraires à moyen terme avec le vaccin », a-t-il conclu.

Source : Bloomberg.com

Retour en haut