Air France-KLM attend un nouveau plan de sauvetage de l’Etat

Air France-KLM attend un nouveau plan de sauvetage de l’Etat
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

Air France-KLM est sur le point d’obtenir un nouveau plan de sauvetage du gouvernement après avoir dépensé 2,1 milliards d’euros au cours du dernier trimestre de l’année dernière, la résurgence de la pandémie de Covid-19 ayant retardé toute reprise du transport aérien. Des négociations sont en cours entre les principaux acteurs, à savoir les actionnaires du transporteur, les gouvernements français et néerlandais, et la Commission européenne au sujet d’un plan de sauvetage, selon le directeur financier Frederic Gagey.

Sauver le secteur de l’aviation « quoi qu’il en coûte »

Air France-KLM a indiqué jeudi qu’elle disposait de 9,8 milliards d’euros de liquidités et de lignes de crédit à la fin de 2020, contre 12,4 milliards d’euros trois mois plus tôt. « C’est une question de jours ou de semaines, pas de mois », a déclaré M. Gagey lors d’une conférence téléphonique, lorsqu’on lui a demandé quel était le calendrier du plan de recapitalisation. « Nous ne sommes pas dans une situation trop difficile, nous avons encore du temps. Il n’y a pas d’urgence ».

Les sorties de fonds de la compagnie aérienne se sont élevées à 1,2 milliard d’euros en trois mois depuis septembre, après que les gouvernements aient imposé des mesures de confinement pour tenter d’endiguer une nouvelle vague de cas de coronavirus. Le transporteur a dépeint des perspectives sombres pour ce trimestre, affirmant qu’il opérera à 40 % de sa capacité de 2019 et s’attend à ce que les pertes s’aggravent à cause du manque de clientèle pour l’entreprise.

La France et les Pays-Bas sont en pourparlers depuis des mois sur un nouveau plan de sauvetage pour Air France-KLM, après les 10,4 milliards d’euros de prêts et de garanties accordés l’année dernière. Les deux Etats ont fait part de leur intention de soutenir la compagnie, tout en s’opposant aux demandes de la Commission Européenne de lui céder des créneaux aéroportuaires en échange d’une aide supplémentaire.

Bien que M. Gagey ait refusé de commenter spécifiquement les soi-disant mesures correctives que la Commission pourrait demander à la compagnie aérienne, il a reconnu que les droits d’atterrissage à l’aéroport de Paris-Orly font partie des questions sur la table des négociations. « Il ne peut y avoir d’éléments que le groupe trouve trop négatifs pour l’avenir de sa stratégie », a-t-il déclaré. Les comparaisons avec les créneaux horaires auxquels la rivale Deutsche Lufthansa AG a dû renoncer pour obtenir un financement public « sont compliquées ». Le transporteur prévoit de lever des fonds propres et quasi-fonds propres, bien que les instruments précis de l’opération soient encore à l’étude.

Elections néerlandaises

Bien que la compagnie aérienne vise à obtenir un accord d’ici mai, une décision ne devrait être prise qu’après les élections néerlandaises du 17 mars. À plus long terme, Air France-KLM a déclaré qu’elle prévoit d’augmenter sa capacité vers l’été 2021 et s’attend à une reprise au cours des deuxième et troisième trimestres de 2021 grâce au déploiement de vaccins.

Air France-KLM a supprimé des emplois et immobilisé des avions au sol ces derniers mois afin de réduire les coûts. La branche néerlandaise a dévoilé le mois dernier un plan visant à supprimer 1 000 postes en plus des 5 000 suppressions de l’année dernière, tandis que les réductions de personnel d’Air France jusqu’en 2022 concernent l’équivalent de 8 500 travailleurs qui vont devoir partir à la recherche d’un nouvel emploi.

L’augmentation de la demande de fret, qui a généré une hausse de 59 % des recettes au quatrième trimestre, pour atteindre 764 millions d’euros, reste un point positif. La diminution de la capacité mondiale due à l’immobilisation des flottes s’etant traduite par une augmentation des prix du fret.

Source : Bloomberg.com

Retour en haut